Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 00:14

Ce 21 février 2015, mon blog a eu 4 ans. Je voulais passer l'événement sous silence tant il est insignifiant, et puis, le commentaire d'Anne, une amie, sur mon 71è article qui m'invitait dans sa réponse à continuer ce blog que je parlais d'arrêter (cf article 70) m'a interpellé une première fois. Quelques jours plus tard, le jour même de l'anniversaire, mon attention est retenue par un message inhabituel. C'est l'équipe d'Overblog, le site qui héberge L'observatoire du cœur, qui m'envoie un courriel commercial, ça va de soi, me rappelant les 4 années d'existence de mon blog chez eux. Bizarre, l'an dernier, je n'ai rien reçu, ni l'année d'avant et encore d'avant. Tiens ? En tout cas, je sens comme un réel intérêt (pas uniquement commercial) pour mon blog malgré son faible taux d'audience général, comme je sais bien que l'arrêt de L'observatoire... décevrait quelques fidèles lecteurs très intéressés par mon évolution et les transformations intérieures profondes et radicales qu'elle a induites en moi en quelques années seulement. Du coup, je reste dans un statu-quo, ne sachant que faire.

Mon blog traverse une crise parce que moi-même, je me trouve dans une zone brumeuse de ma vie actuellement. Comme je l'ai dit dans mon 70è article, toutes mes actions pour obtenir un parrainage d'un employeur australien via le système "overseas" (c'est-à-dire hors du pays) ont échoué : ce processus ne fonctionne pas ou très mal. Ce qui est logique : quel employeur voudrait embaucher une personne qu'il n'a jamais vue ou qu'il ne verra d'abord que lors d'un entretien vidéo sans possibilité de contact réel ultérieur rapidement ? A moins d'être jeune et dans un domaine très prisé (l'informatique notamment), ce système s'avère inefficace et chronophage.

Concrètement, mon projet est tenu en échec par les circonstances. Reste à savoir maintenant si c'est temporaire et qu'une autre solution est possible ou si c'est définitif. C'est là qu'est l'inconnu, le grand flou. Du coup, si l'échec se confirme, je sais que continuer à tenir ce blog va devenir très problématique pour moi. En effet, j'ai créé cet espace d'expression sur la lancée de mon séjour en Australie en 2010 et de ma connexion intime alors au maximum avec celui que je considérais alors comme mon compagnon de vie potentiel, Derek, mon ami australien. L'observatoire du cœur est devenu peu à peu le réceptacle et le miroir d'une fantastique aventure intérieure où je me suis reconnecté complètement avec mon être profond. Ce qui m'a permis de marcher ENFIN sur le chemin de mes rêves sans honte, avec moins de crainte et avec un courage renouvelé. Malheureusement, entre-temps, non seulement je me suis trouvé confronté durement à la réalité administrative et politique australienne concernant l'immigration mais en outre, j'ai dû aussi gérer une dégradation graduelle de mon état de santé qui a abouti à un syndrome d'épuisement professionnel (ou burn-out) que j'ai déjà beaucoup évoqué dans des articles précédents. Cette situation adverse a fini par mettre le discours que je relayais sur mon blog en complet décalage avec ma réalité extérieure malgré mon action. Au bout du compte, bien que mes mots témoignaient de ma vérité intérieure en toute honnêteté, ils ont été trahi par les faits. Or, c'est ce fossé entre les causes plantées dans le sol de ma vie et les résultats obtenus qui me posent problème justement pour la continuité de mon blog.

En effet, je me mets à la place d'un nouveau lecteur qui tout à coup serait intéressé par l'aventure de mon projet australien et de mon développement personnel : ce dernier lira chaque article comme une preuve de ma vérité intérieure, de ce que je suis... jusqu'à constater un jour que j'ai failli et que tout ce qu'il aura lu avant sera au final caduc, inutile. Heureusement que chaque article est daté : au moins, il montre que je parle de ce que je suis au moment X et que ce que j'étais hier n'est plus forcément vrai aujourd'hui. Mais c'est surtout pour moi que venir habiter cet espace numérique sera le plus difficile : vivre avec la mémoire de toutes ces attentes et la proximité de toutes les affirmations que j'ai pu faire ces dernières années va créer un malaise intérieur certain. Le décalage entre ce que j'ai pu écrire et ce que je vis est tel que la question même du sens intervient en toute logique. Ecrire de nouveaux articles dont le fond infirmerait celui d'écrits plus anciens me dérangerait vraiment. La raison principale est la cohérence et l'unité du blog. Ce n'est pas vraiment ce que je vivrais aujourd'hui qui me causerait du désagrément mais bien la proximité avec tous ces espoirs déçus que j'aurais étalés à longueur de lignes. Je n'ose imaginer la douleur que je pourrais ressentir sur l'instant quand parti dans une autre direction, je me mettrais à lire tous ces textes où je célébrais l'esprit positif et la possibilité de disposer de notre vie comme bon nous semble : le choc serait terrible, je le sais. Or, c'est justement ce que je veux éviter, d'où la question d'en finir avec L'observatoire et de tourner la page... pour autre chose.

Je vais continuer à réfléchir. J'ai des idées comme clôturer ce blog en le laissant en ligne et en commencer un autre qui serait la suite de celui-ci mais avec une manière de penser et d'être plus fraîche, plus en adéquation avec mon expérience, moins radicale peut-être dans mes affirmations et mes attentes. Ce nouveau blog serait la deuxième partie de L'observatoire du coeur, une nouvelle période dans le long cheminement spirituel qui est le mien. Le premier Observatoire et le nouveau auraient chacun un sous-titre pour bien marquer leur différence et qu'ils ne se situent pas aux mêmes périodes de ma vie, et que ce qui est évoqué dans le premier n'est plus toujours d'actualité aujourd'hui. Sinon, j'ai toujours la possibilité de continuer le blog actuel tel qu'il est en faisant confiance à l'avenir : Derek et Gérard, un ami français, m'ont chacun dit que je devais continuer mon chemin d'ouverture et accepter de revoir mon projet australien sans forcément l'abandonner. En effet, je ne connais pas toute l'histoire, toute la structure invisible qui soutient l'ensemble, structure qui se révélera une fois l'objectif réalisé. Mon projet ne se concrétisera certainement pas de la manière dont je le pensais au départ et la confiance est de mise. La continuation de L'observatoire se ferait en étant moins autocentré que par le passé, en laissant davantage de place aux thèmes sociaux et sociétaux. D'ailleurs, parallèlement, je pense de plus en plus à créer un blog professionnel sous mon véritable nom ou un autre pseudonyme. De plus, Anne, l'amie que j'ai évoquée tout au début m'a conseillé de ne pas fermer L'observatoire du cœur et de le continuer : elle m'a fait entendre que je devrais laisser plus de place aux thèmes d'actualité et en relation avec les thématiques de société voire politique parfois car à ses yeux, j'y excellerais.

En tout cas, je sais que je dois revoir quelque chose dans ma manière de bloguer, que je dois corriger un angle de vue sur les choses et affirmer davantage mon unicité : j'ai réalisé que sur plusieurs points en tenant ce blog, je n'avais pas respecté ma vie et son fonctionnement particulier, si différent de celui des autres vies. J'ai voulu trop "coller" à la doxa positiviste ambiante : il faut penser, agir, respirer PO-SI-TIF sinon on ne vaut rien ! C'est en effet le discours un rien totalitaire qui nous est imposé à longueur de temps, non ? Sauf que ça ne correspond pas à tout le monde et que c'est même une cause de souffrance chez beaucoup qui s'en veulent du coup de ne pouvoir adhérer malgré eux (résistances involontaires) au schéma positif promu sur les médias et les réseaux sociaux par les papes de la pensée positive.

En fait, j'ai négligé de voir la complexité des choses et j'ai négligé de mettre en avant la base de ma vie qui est fondée sur un immense pessimisme dû à une lucidité profonde sur les choses. Lorsque je relis d'ailleurs certains anciens articles de L'observatoire, je me sens un peu mal à l'aise. J'étais certes sincère sur le coup mais en fait, je m'escrimais plus à affirmer que je croyais dans mon objectif que je n'y croyais en réalité. Plus clairement, j'ai omis de tenir compte de ce qui fait la base de ma relation personnelle avec l'environnement : l'authenticité... mélancolique. J'ai simplement oublié que mon honnêteté avec moi-même et les autres tire essentiellement son énergie de la tristesse et non de la joie. C'est toujours la tristesse qui m'a fait avancer dans la vie et m'a amené vers mes plus grandes victoires, jamais la joie. Ça semble paradoxal mais c'est ainsi. La tristesse m'a toujours fait agir avec modestie et sagesse : elle m'a appris le détachement et le lâcher-prise, l'espoir équilibré, sans emphase, sans obsession. La tristesse m'a enseigné la profondeur d'être et permis d'exprimer la beauté de mon cœur : elle m'a ouvert les portes cosmiques pour parler le langage de l'âme.

J'ai rêvé trop fort et voulu à en crever la réalisation de mon projet australien. Aujourd'hui, je ne peux même pas dire s'il se réalisera ou non. Mais j'irai jusqu'au bout. Je sais en tout cas qu'une grande partie de la victoire sera dans le fait de rêver selon les règles de ma vie : rêver petit pour me permettre d'obtenir grand. Et peut-être que l'opportunité d'ouvrir un nouvel espace d'expression plus en phase avec ma VRAIE philosophie de vie intime sera nécessaire afin de me retrouver tout frais et dispo et d'attaquer mes projets avec une réelle humilité et plus de douceur et de respect envers moi-même. C'est en effet le cadeau fondamental que m'a toujours fait la tristesse : le respect de qui j'étais et de ce que j'étais. C'est en acceptant les limites, les miennes comme celles du dehors, que j'ai fini par les dépasser et atteindre certains objectifs passés.

N'hésitez donc pas, surtout si vous êtes un fidèle lecteur, à me donner votre avis. J'en tiendrai certainement compte en partie pour trancher et décider de la suite à donner. Bien à vous ! Namaste !

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans JE BLOGUE MON CHEMIN SPIRITUEL
commenter cet article

commentaires

L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog