Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 01:34

Mon article précédent n'a guère eu de succès : peu glamour, vantant les mérites et qualités de la tristesse comme source d'éveil et moteur, il n'a pas soulevé l'enthousiasme des lecteurs qui l'ont lu. Je n'en suis guère étonné : la dictature du positivisme est en marche. Il est désormais INTERDIT d'être triste et de souffrir, enfin de montrer sa souffrance. L'influence new age, la spiritualité et le coaching à l'américaine sont passés par là, entre mensonges partiels ou parfaits... mais jamais la vérité. Et lorsque vous avez échoué une nouvelle fois et que vous constatez que vous ne maîtrisez pas votre vie complètement, ce totalitarisme philosophique du tout-positif est proprement insupportable : c'est un mensonge d'affirmer que tout le monde peut par le biais d'une modification positive de sa pensée changer profondément sa vie. C'est faux et les faits le démontrent amplement : beaucoup malgré un suivi assidu et prolongé de pratiques multiples et variées de développement de pensée positif n'ont pas réalisé les objectifs qu'ils voulaient... mais évidemment, on n'en parle jamais. Et pour cause : leur exemple amènerait forcément une interrogation dans les esprits et ferait chuter les ventes de livres et de cours ainsi que le prix des conférences de tel ou tel grand "pape" de la pensée positive... et de la spiritualité à deux balles.

Ce nouvel article ne réjouira pas plus mes lecteurs. Je suis déçu et en colère. Je n'aime pas ce que la vie me propose. Je n'ai aucune prise sur mon avenir. Je suis la preuve vivante, comme tant d'autres, que vouloir changer son destin ne nous appartient pas complètement : les autres ont une prise sur nous quoi qu'on en dise, et leur action, que ce soit à un niveau individuel ou au niveau d'un état (lois et règlements), peuvent parfois contrecarrer grandement un objectif personnel, sain et pour le coup positif. Finalement, à bien y regarder, tous ceux qui réussissent à atteindre leur but ont seulement bénéficié d'un heureux concours de circonstances parfois lié à leur attitude générale, parfois FORTUIT. Aucune règle n'existe vraiment. Ceux qui prétendent l'inverse vous mentent, c'est clair. Face à ce constat brutal, je n'ai plus guère de choix. J'avais dit que je disparaîtrais. J'y pense toujours. Je pense évidemment au suicide en tout premier. Mais une autre alternative est apparue : la disparition volontaire. Je viens de lire un article sur ce thème sur le site Psychologies.com. Et comme un fait exprès, cette question apparaît bizarrement dans ma vie de plus en plus régulièrement depuis un an : articles de presse ou de blog s'en sont faits le relais auprès de moi depuis des mois. Rien de conscient mais je pense que mon envie de mourir est si implantée en moi que l'univers me propose une autre possibilité en cas d'échec définitif de mon projet australien : une chance de rester en vie m'est proposée tout en satisfaisant mon désir profond de tout laisser derrière moi pour toujours. Je ne supporterai pas de devoir vivre avec une réalité qui n'est plus la mienne et que je n'aurai pas créée de moi-même. Je divorcerai de mon présent français.

Je vais réfléchir à cette manière alternative de disparaître. Je trouve assez excitant l'idée de tout laisser en plan, y compris les personnes, et de tout recommencer. Oui, tout abandonner, tout laisser inachevé parce que la vie elle-même vous aura obligé à ne produire que de l'inachevé CONTRE VOTRE GRÉ. Ce que je vis actuellement n'est pas le produit de mon action puisqu'il va à son encontre. CQFD. Par conséquent, je ne suis pas responsable de ce que je vis présentement : ce n'est pas moi qui l'ai créé. Je réfute donc une bonne part de ce que j'ai pu écrire dans mes articles antérieurs traitant de spiritualité et d'évolution personnelle. Une composante essentielle du réel me saute soudain aux yeux : le côté aléatoire de la vie. Je ne voulais pas le voir, ou plutôt je n'étais PLUS CAPABLE de l'appréhender après des années d'endoctrinement "positiviste" parce que oui, je dois le dire, je me suis bien soumis au dogme de la pensée positive comme tant d'autres. Eh oui, parfois, je suis un mouton comme tant d'autres. Et actuellement, le troupeau s'en va bêlant sur la voie facile et confortable de la pensée positive via la méditation, le chamanisme et toute autre technique un peu exotique. C'est la spiritualité bon marché et "l'éveil" intérieur en kit prêt à servir. Et ça, les Occidentaux adorent : plus facile de suivre les chemins tracés par d'autres avec l'illusion de croire qu'on marche sur le sien propre. C'est un simple réflexe de consommateur face à la question spirituelle : on achète des méthodes toutes prêtes (CD, livres, cours, conférences) au lieu d'ouvrir une voie soi-même dans la grande forêt vierge de la vie. Ces choses dites, la fermeture de ce blog devient une évidence : je ne pourrai tenir un espace internet où je devrai côtoyer celui que j'étais il y a quelques mois encore, totalement soumis au diktat de la pensée positive et de sa superficialité. Ca sera proprement invivable.

En disparaissant, j'irai peut-être vers un vécu plus modeste mais au moins, il me ressemblera et se fondera sur des principes et règles avérés dont la possibilité ÉVENTUELLE d'atteindre ses objectifs les plus beaux et indispensables pour être soi, la possibilité éventuelle seulement, jamais certaine, à l'inverse de ce que prétend le discours totalitaire et mensonger des idéologues de la pensée positive. De ma vie actuelle, je ne garderai que cette leçon-là : notre vie est limitée dans son pouvoir. Nous avons un fort potentiel mais il est soumis à un tas d'influences dont certaines nous circonscrivent une aire d'action bien délimitée. Si tous, nous pouvions faire et être ce que nous voulons, le monde serait primo rempli de gens épanouis, tous dans des situations valorisantes pour eux, et secundo, tout nous serait possible, absolument. Nous serions des dieux en quelque sorte... à l'ego illimité. C'est sans doute là qu'est la faille principale de la pensée positive et de toutes les idéologies, méthodes et autres enseignements qui en découlent : son extrême vanité.

Disparaître me fera sans doute souffrir (un peu) à cause de l'attachement envers des personnes (amis, famille) et l'obligation de devoir reconstruire un nouveau cercle social complet. Je changerai de nom et aurai une nouveau passé entièrement inventé. En ce qui me concerne, j'irai vers les cercles mafieux (aucune autre possibilité) pour obtenir de faux papiers... aussi bons que les vrais. En région parisienne, ça n'est pas très compliqué à trouver : il faut juste y mettre le prix. Mais c'est comme tout. Après tout économiser pour ça ou autre chose, aucune différence n'existe sur le fond.

Voilà, chers lecteurs, mais surtout chers amis lecteurs (je m'adresse à ceux et celles qui sont aussi des amis dans la vie réelle ou virtuelle), je vous mets au courant d'un choix en cours. Vous savez (presque) tout. Si un jour (pas très lointain), le silence se prolonge de mon côté (cf. réseaux sociaux), pensez soit au suicide, soit à une disparition volontaire. Les ponts seront dès lors coupés définitivement avec vous comme avec toute personne de mon entourage actuel : vous appartenez à cette vie que je déteste, ce présent médiocre que je n'ai pas créé et qui s'est imposé à moi en dépit de tous mes efforts, vous y êtes rattachés malgré vous puisque vous en faites partie. Désolé mais c'est la stricte vérité. C'est un simple constat. Et j'ai besoin d'autre chose que de belles pensées et de soutien moral : j'ai besoin avant tout de résultats CONCRETS... en donnant un grand coup de pied dans la fourmilière. Je vous aime et vous respecte mais mon bonheur compte d'abord. Tant pis... Et si jamais, la vie me proposait une autre voie aussi satisfaisante et belle que l'Australie et Derek, ça ne serait pas... l'Australie, ni Dex ! Ce serait autre chose. Du coup, vous le faire partager aura-t-il un sens, ici ou sur un autre blog ? L'observatoire du cœur s'est tellement recentré autour de mon projet australien en grande partie que sa continuité devient désormais inutile.

Ce nouvel échec en cours d'être définitif est d'autant plus cuisant qu'il intervient dans une atmosphère sociale de dictature de la pensée positive où je dois me coltiner à peu près partout les citations des "grands" penseurs étalées sur les réseaux sociaux ou les blogs à longueur de profils ou d'articles par le moindre péquin qui veut nous montrer combien il est éveillé, que le chemin vers le nirvana se déroule devant lui. Cette naïveté très idiote par son opportunisme et ce suivisme sont une vraie pollution. Sur L'observatoire du cœur, j'ai laissé trop de traces de l'idéologie de la pensée positive que j'ai suivie comme un vrai con. Quelle honte de devoir me retrouver face aux aberrations que j'ai écrites... mais qui sont aussi mon histoire, enfin celles d'Ellypso ! Heureusement que j'ai pris un pseudonyme pour tenir ce blog.

Pour l'instant, chers lecteurs et amis, nous avons encore quelques mois à passer ensemble... ailleurs, mais plus ici. En conséquence, cet article sera le dernier publié sur ce blog qui dès aujourd'hui est officiellement clos. J'écrirai certainement ailleurs sous un autre nom. L'aventure de L'observatoire du cœur s'achève pour de bon, tristement, sans lumière. Je n'ai pas réussi à transformer l'essai plein d'espoir que 2008 avait ouvert dans ma vie. Je vais m'en aller tracer mon avenir dans un autre endroit. Certains d'entre vous y auront peut-être une place, d'autres jamais. Je laisse ce blog en ligne pour l'instant, histoire de montrer que penser positif ne suffit pas à créer la réalité qu'on veut, que vouloir, ce n'est pas forcément pouvoir, que la vie... c'est juste la vie. Et qu'on échoue aussi malgré son action (de qualité) et sa persévérance : notre responsabilité d'obtenir ou pas quelque chose ne provient pas que de soi. Dure leçon à intégrer : l'enthousiasme n'est pas la sagesse.

Merci à ceux qui ont lu mes articles ici et une pensée plus profonde pour les quelques-uns qui se sont abonnés au blog ou qui m'ont soutenu. Bonne continuation ! Namaste !

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans MON CHEMIN SPIRITUEL
commenter cet article

commentaires

L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog