Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 01:52

NOTE 1 : cet article est spécialement dédicacé à Laure, ma gentille fée des bords de Loire dont l'amitié m'est un précieux joyau, et encore plus aujourd'hui.

 

 

J'arrive à la troisième étape de la promenade estivale que je vous propose de faire en plein automne. Cette fois, je vous invite à visiter (de manière rapide et succincte) le pays nantais. En effet, grâce à des liens profonds d'amitié avec une de mes lectrices, j'ai pu passer quelquers jours en Loire-Atlantique, département cher à mon coeur puisque j'y ai vécu vingt ans. Autant dire que joie et émotion étaient au rendez-vous lors de mon bref séjour là-bas en août dernier. Que votre promenade se continue agréablement !

 

 

SOUVENIRS D'ETE 2014

 

 

AOÛT : à Nantes et dans ses alentours (Loire-Atlantique)

 

 

2014.08.10 - Nantes 01

 

2014.08.10 - Nantes 02-001

 

Nantes vu de Rezé (rive sud de la Loire).

La métropole bretonne de presque 300 000 habitants est un des plus grands ports fluviaux de France. Après avoir connu un glorieux passé maritime, la ville entretient l'Histoire et le souvenir de ces décennies où la mer a fait ses grandes heures et sa richesse. Mais l'ancienne cité des Ducs de Bretagne a réussit sa reconversion économique : elle s'est ouverte largement à d'autres secteurs désormais plus lucratifs, comme les nouvelles technologies ou le tourisme par exemple.

2014.08.10 - Nantes 23BLorsque je vivais à Nantes puis à Rezé, ville de sa banlieue sud, j'aimais souvent aller me promener sur les quais désaffectés des anciens chantiers navals. Ces lieux abandonnés sont en effet remplis de nostalgie et d'une poésie triste surannée. Les immenses grues qui déchargeaient les containers et les marchandises sont des vestiges d'un passé qui parle toujours à mon coeur : je suis Breton né en Armor (la Bretagne côtière), et comme en tout Breton du bord de mer, un marin sommeille quelque part, un voyageur au long cours tourné vers le voyage et l'Ailleurs. Même si les clichés ne les montrent que de loin, je rends ainsi hommage à ces grandes dames de fer et d'acier qui ont aidé bien des ouvriers dans leurs dures tâches quotidiennes. Leurs imposantes silhouettes de métal continuent encore aujourd'hui d'apporter un cachet poétique un rien désuet aux berges qui soutiennent leur poids colossal... et du même coup à toute promenade dans les parages.

Sur la deuxième photo ci-dessus, à l'arrière-plan, la tour de Bretagne, haute et rectiligne, domine la ville entière.  Elle est une cousine de la tour Montparnasse à Paris, du temps où la France s'était lancée dans une urbanisation tous azimuts à l'aube heureuse des années 1970. Cet immeuble de 32 étages qui mesure 144 mètres défigure Nantes à cause de son isolement architectural : c'est l'unique building de la ville, et du coup, il fait vraiment tache. Mais bon, il appartient à l'histoire de la cité ducale depuis 1976 et a du reste réussi à trouver sa place dans le coeur des Nantais au fil du temps.

 

 

2014.08.10 - Nantes 03

 

Encore aujourd'hui, le port de Nantes accueille de grands navires marchands comme ce méthanier, le Patria, surpris en pleine manoeuvre de retournement afin de regagner l'océan Atlantique distant de quelques kilomètres. Ce gros bateau a été "mitraillé" par tous les téléphones portables et autres appareils numériques qui étaient présents ce jour-là, dont le mien. LOL ! Cette scène dégageait une véritable beauté : l'énorme navire avançait sur l'eau du fleuve avec une lenteur majestueuse, une grâce authentique malgré sa taille. Aidé par deux remorqueurs, le méthanier a pu accomplir sa manoeuvre avec efficacité... et élégance, comme si de rien n'était. 

 

 

2014.08.10 - Nantes 21

 

On ne le dirait pas mais cette structure massive est une oeuvre d'art contemporain. Elle s'appelle Le pendule en raison du balancier noir que vous pouvez voir en son centre sur la photo et qui se meut d'un côté à l'autre comme le balancier d'une horloge comtoise mais en plein air. C'est assez impressionnant et vite hypnotique.

Cette oeuvre est de fruit de l'imagination de Roman Signer, artiste allemand. Elle a été créée à partir d'un vestige industriel, une ancienne centrale à béton construite à Rezé dans les années 1960 puis laissée à l'abandon depuis longtemps. Le pendule mesure 7 mètres de long et rythme le temps qui passe mais sans donner l'heure exacte : aucune aiguille, aucun chiffre, n'est là. Le pendule se balance et concentre l'attention sur le présent qui passe et s'enfuit sans savoir en définitive où il va : demain reste l'inconnu pour chacun de nous. Qui peut dire s'il sera encore vivant le jour d'après, réellement, ou que les choses se dérouleront exactement comme il l'avait espéré ? Le pendule symbolise à merveille cette angoisse du temps qui passe inexorablement jusqu'à notre disparition. Ce n'est pas pour rien que Roman Signer a choisi une structure désaffectée qui se désagrège lentement sous les coups répétés des intempéries et du soleil : le destin de chaque être vivant et de toute chose est bien de naître, vivre, vieillir puis disparaître... tandis que chaque seconde s'écoule sans espoir d'être récupérée. De plus, choisir une structure délaissée depuis des années, en train de rouiller, inutile, renvoie aussi l'observateur au sentiment d'impuissance et surtout d'absurdité qu'il ressent souvent face à une existence humaine dont il peine à trouver un sens et une direction tandis que les heures et les jours défilent sans cesse, lui volant ainsi le temps laissé pour trouver une réponse satisfaisante sinon LA réponse à sa question existentielle, si tant est qu'il la cherche bien sûr.

 

 

2014.08.10 - Nantes 04

 

Voici le voilier tordu, oeuvre de l'artiste autrichien Erwin Wurm. Son titre est Misconceivable (qu'on pourrait traduire par le néologisme "méconcevable" signifiant "qu'on ne peut concevoir"). Ce bateau concept se situe au Pellerin à quelques kilomètres de Nantes plus en avant sur l'estuaire de la Loire. L'allusion animale est évidente : on dirait que le voilier est vivant, et que tel un phoque ou tout autre animal marin privé de son environnement naturel, il se presse pour se jeter à l'eau.

 

 

2014.08.10 - Nantes 05

 

L'amitié des ombres reflète l'amitié des coeurs.

 

 

2014.08.10 - Nantes 06-001

 

Port de Paimboeuf au couchant

 

 

2014.08.10 - Nantes 07

 

2014.08.10 - Nantes 08

 

Crépuscule à Saint-Brévin-les-Pins

Le premier cliché donne à voir la grande plage qui prend peu à peu une teinte ocre foncé tandis que l'élégant pont de Saint-Nazaire se profile en arrière-plan.

Le second cliché montre la même plage mais quelques minutes plus tard. Les rayons du couchant caressent de plus en plus faiblement les flancs osseux du long Serpent d'Océan, créature fantasmagorique sortie tout droit de l'imagination fertile de l'artiste chinois, Huang Yong Ping. L'étonnant reptile tout en os et sans chair hante la pointe du Nez-de-Chien et impose un respect immédiat au promeneur solitaire.

 

 

2014.08.11 - Nantes 09

 

2014.08.11 - Nantes 10b-001

 

Non, non, vous ne rêvez pas, cette maison est bien au beau milieu des eaux de la Loire, à Couëron plus exactement. Ce spectacle étonnant et insolite est une création de l'artiste local, Jean-Luc Courcoult, le fondateur de la célèbre troupe Royal de Luxe dont on ne compte plus les manifestations étonnantes et autres spectacles grandioses hauts en couleurs à travers le monde.

 

 

2014.08.11 - Nantes 13

 

Lavau-sur-Loire - vue éloignée du bourg à travers les marais alentour

 

 

2014.08.11 - Nantes 12

 

A Lavau-sur-Loire, au beau milieu de prairies marécageuses, se dresse L'Observatoire de l'artiste japonais Tadashi Kawamata. C'est un édifice en bois qui vous permet d'avoir une vue complète sur les alentours. Une longue passerelle surplombant les marais permet d'y accéder.

 

 

2014.08.11 - Nantes 11

 

Lavau-sur-Loire : vue crépusculaire sur l'estuaire de la Loire

 

 

2014.08.11 - Nantes 14

 

L'après-midi, ce jour-là, avait été particulièrement frais et pluvieux. Rien de tel qu'un bon dîner simple mais délicieux pour vous réchauffer ! Le repas avait été préparé avec soin et amitié par ma charmante hôtesse, la Fée Carabosse. Eh oui, la méchante fée des contes cache en fait un coeur en or... pour qui sait s'y prendre avec elle. Il suffit d'être authentique et empathique : Carabosse déteste les gens qui ne s'intéressent qu'à eux-mêmes et oublient les autres, travers humain qui l'exaspère et la rend vraiment mal intentionnée envers nombre d'entre nous, d'où la légende autour d'elle. Or, elle est plutôt sympa : la preuve ! Mon dîner avec elle fut un moment de pur bonheur, très chaleureux. En plus, j'ai eu droit à mon vin favori : du Saumur-Champigny ! Hmmm ! Je jure également que pour me faire plaisir, ma chère fée n'a utilisé aucun pouvoir magique pour préparer ce dîner : voulant y mettre la seule magie de l'amitié, elle n'a utilisé que ses mains, l'énergie de son coeur et son imagination.

 

 

2014.08.09 - Nantes 00 - Copie

 

2014.08.12 - Nantes 16

 

De nuit comme de jour, le théâtre Graslin à Nantes conserve son élégance très classique. Toutefois, son architecture sobre et rigoureuse est bouleversée depuis quelques années par les larges bandes de couleur du sculpteur français Elsa Tomkowiak. La proximité des couleurs vives crée un contraste saisissant avec l'esthétique naturellement épurée du bâtiment, ce qui est loin d'être désagréable. J'ai toujours connu le théâtre Graslin tel qu'il a toujours été depuis son ouverture : un édifice mêlant le beige, le gris et l'écru, de style néo-classique où dominent les lignes strictes qu'enjolivent quelques courbes et sculptures. Aussi, je trouve que les couleurs de l'arc-en-ciel entre ses 8 colonnes de style corynthien lui apportent une touche de gaieté et de vie intéressante sans l'enlaidir cependant. Personnellement, je préfère l'admirer ainsi en plein jour : je trouve que l'ensemble reste harmonieux du fait d'une plus grande discrétion des bandes colorées. La nuit, l'oeil en reçoit plein la vue et le choc entre la modernité et l'ancien s'affirme brutalement.

 

 

2014.08.12 - Nantes 17

 

A l'intérieur du théâtre Graslin, la statue de Molière, oeuvre de Dominique Molknecht (1793-1876) et située à droite de l'escalier d'honneur dans le vestibule, suggère pour quelques temps sa présence impassible derrière deux énormes bandes fuchsia.

 

 

2014.08.12 - Nantes 18

 

2014.08.12 - Nantes 19

 

Le grand vestibule du théâtre baigne en permanence dans une lumière chaleureuse et légèrement tamisée grâce aux grandes bandes de couleurs vives d'Elsa Tomkowiak. Je suis resté plusieurs longues minutes sous ce dais de plastique et de gouache et j'ai ressenti un véritable apaisement m'envahir discrètement : chromathérapie instantanée !

J'apprécie particulièrement le contraste entre les bandes aux teintes flamboyantes et aux formes rectilignes et le plafond tout en volutes et courbes illuminées sobrement par un écru omniprésent. L'opposition apparente se fond en une complémentarité inattendue et très belle.

 

 

2014.08.12 - Nantes 15

 

Le très gracieux clocher-beffroi de l'église Sainte-Croix à Nantes est une petite merveille architecturale dont je ne me lasserai jamais, je crois. Son carillon égrenne joliment les heures dans le quartier piétonnier du Bouffay, invitant le passant pressé à ralentir et le promeneur trop distrait à flâner avec plus d'attention.

 

 

2014.08.12 - Nantes 20

 

Des tournesols en plein centre-ville : j'adore ! Nantes a toujours fait une grande place aux espaces verts et a même été reconnue mondialement pour sa qualité de vie assez unique pour une grande ville moderne. Au cours des années 2000, le New-York Times avait même offert la première place à la cité portuaire française dans un classement international des villes réputées pour leur qualité de vie à travers le monde. C'est tout dire ! La France est bien chanceuse d'avoir sur son territoire un tel lieu où il fait aussi bon vivre.

C'est la dernière image que j'emporte de l'ancienne capitale des Ducs de Bretagne ce jour-là : vingt minutes plus tard, je suis dans le train qui me ramène à Paris.

 

 

La troisième étape de la balade estivale que je vous ai proposé de faire en ma compagnie se termine dans une atmosphère colorée et joyeuse. Je souhaite qu'elle vous ai réchauffé le coeur.

Je vous sonne rendez-vous dans l'article 69 pour la toute dernière étape de ma longue promenade avec vous. Entretemps, rien ne vous empêche de reparcourir les articles 66 et 67 et de revivre les deux précédentes étapes. Namaste !

 

 

 

NOTE 2 : aucune photo n'est libre de droits.

 

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans MON CHEMIN SPIRITUEL
commenter cet article

commentaires

Marynord 04/11/2014 09:15


Bonjour, je viens vous remercier pour vos commentaires très pertinents sur mon blog Naturaimer.


Nantes que chantait Barbara...


Cordialement

ELLYPSO WARATAHS 04/11/2014 16:03



 Effectivement, je passe de temps à autre sur votre blog mais ne commente pas toujours. J'aime beaucoup
l'atmosphère rassurante, familiale, chaleureuse que vous y avez développée. Vu la période que je traverse, ça me fait du bien.


 


Sinon, pour en revenir à mon article, Nantes reste et restera à jamais un lieu très spécial en mon coeur, une référence de vie, bien plus que l'endroit où j'ai vécu enfant dans le Morbihan. C'est
en effet dans cette ville que j'ai pu me révéler et m'affirmer en tant que personne à part entière face à la société et ma famille. Et maintenant que je n'y vis plus, je mesure chaque jour la
chance que j'ai eue d'y habiter un temps. Barbara a effectivement célébré Nantes dans sa chanson du même nom. La fameuse rue de la Grande au Loup située au nord de la ville était fictive lorsque
la chanson a été créée : elle n'est devenue réalité qu'en 1986, inaugurée en présence de la chanteuse.


 


A + tard !



L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog