Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 23:40

Je romps un instant le silence de mon blog pour poster ce 9è article. Il sera suivi par un 10è très bientôt. Eh oui, malgré mon retrait temporaire de l'écriture, créativité et réflexion demeurent très fortes chez moi. Et puis, ce nouveau post est essentiel dans mon travail d'observation et de découverte : il montre que je franchis un cap important dans le cours de ma vie.

 Copie de sunflower in backlit shot

 

Début juillet, j'ai participé à un séminaire bouddhique de 4 jours à Trets dans les Bouches-du-Rhône. Lors de ce temps de retraite et de réflexion, de détente aussi, j'ai pu faire le point sur ma vie, mais surtout le présent et l'avenir. Je me suis retrouvé en connexion intime avec mon Moi profond, la partie la plus pure de mon être. C'est ainsi que j'ai pu confirmer ce qui est sans doute la plus grande décision de toute mon existence : vivre et travailler en Australie définitivement pour me rapprocher de mon ami lui-même citoyen de ce pays. Mes contacts sur Facebook principalement, une amie intime et certains collègues de travail connaissent bien ce projet. Depuis mon retour des antipodes en décembre 2010, je leur en ai souvent parlé. Mais là, j'ai fait un grand pas intérieur, le pas crucial, celui que vous faites quand vous avez le dos au mur parce que vous savez sinon que vous passerez à côté de votre chance d'être un être accompli et heureux. On peut penser ce qu'on voudra mais se réaliser profondément n'est pas qu'une démarche intérieure, c'est aussi se réaliser à l'extérieur. Le développement de soi passe aussi par des résultats concrets, tangibles. C'est en outre la marque de la validité d'une philosophie, religieuse ou non : une croyance doit être au service de celui qui la possède en le dirigeant vers un accomplissement GLOBAL de son être

Il ne s'agit pas forcément pour l'adepte de vivre dans l'opulence mais au moins d'avoir constamment le minimum vital (nourriture, santé, logement, revenu) sans lequel tout épanouissement y compris spirituel est compromis sinon impossible. Comment grandir intérieurement si on doit sans cesse se battre pour manger ou dormir avec un toit sur la tête ? A moins que le dénuement ne soit un choix personnel. Mais là, c'est un autre sujet. Et quand une personne a accès au minimum vital en permanence, sécurisée matériellement, elle peut alors avoir d'autres types de décisions en relation avec son épanouissement intérieur et entreprendre des actions dans ce sens. L'harmonie naturelle tient compte des 2 aspects de l'existence : visible et invisible. Ce qui chez l'homme revient à considérer sa vie sous 3 angles : physique, psychique et métaphysique. Car qu'il soit pratiquant religieux, croyant agnostique ou individu simplement athée, tout être humain CROIT... en "quelqu'un", en quelque chose... ou au néant.  

En ce qui me concerne, lors du séminaire, mon importante décision a été annoncée officiellement et je l'ai prise de manière très solennelle devant 130 personnes. C'était très positif pour moi car ainsi, je me suis engagé vis à vis de moi-même sous le regard attentif de témoins. Dorénavant, je ne peux plus reculer. J'avais besoin de me donner ce coup de pied au derrière sinon je serais resté englué dans la procrastination pendant certainement plusieurs longs mois encore, rêvant plus d'un résultat qu'agissant pour le concrétiser. A un moment donné, les idées et les mots deviennent insuffisants : l'action est obligatoire. Celle-ci représente d'ailleurs la preuve que nous croyons en notre objectif et démontre la valeur de notre décision.


Copie de sunflower 1


Une décision bouddhique est bien plus qu'une simple résolution prise souvent davantage pour se rassurer qu'être réellement accomplie dans les faits. Combien de ces promesses prononcées sous le coup de l'émotion ou des circonstances s'évaporent en chemin ? Une multitude. J'insiste vraiment sur la nature bouddhique de ma décision parce qu'elle est devenue ainsi un SERMENT à l'égard de ma vie. Elle a pris également de ce fait une dimension HUMANISTE profonde. Je n'ai pas décidé d'aller vivre aux antipodes juste pour ma satisfaction personnelle mais pour beaucoup plus que ça. En tant que bouddhiste, je ne dissocie absolument plus mon bonheur personnel de celui des autres. Le grand voeu du bouddhisme est de créer une paix mondiale durable en permettant à tout être humain de pacifier à son propre niveau sa relation avec la vie, ce qui commence par l'établissement du bonheur dans sa vie personnelle. Et ce bonheur est le résultat d'une importante transformation intérieure ; je dirais même une véritable métamorphose de sa conception de vie. Peu importe ce que nous expérimentons lors de notre passage sur Terre, c'est la manière dont nous y faisons face qui importe.  

Mais en plus, le bouddhisme, en tout cas le courant que je pratique, propose également un changement profond du karma personnel, comprenez l'enchaînement des causes et effets du passé individuel, qui fait que chacun vit une existence si particulière, si unique. Ce changement altère surtout ce qui nous gêne : les causes négatives qui engendrent dans notre vie leurs conséquences désagréables sinon franchement pénibles voire parfois catastrophiques. Comme le bouddhisme croit en l'éternité de la vie, l'énergie vitale qui nous met en mouvement est perçue sans commencement ni fin, ce tissu de causes positives ou négatives est décrit comme étant une réalité des plus complexes ; tout est intimement imbriqué depuis un passé extrêmement lointain et a façonné la personne que nous sommes aujourd'hui. Et dans ce que nous sommes et vivons à présent, certaines expériences nous dérangent, nous font souffrir... et "comme par hasard" se répètent sous des dehors différents mais avec une problématique identique quelle que soit la situation dans un domaine donné. Dès lors, une chose est sûre, tout ce qui se présente à nous de manière récurrente au cours de notre existence, positif ou négatif, n'a qu'une seule et unique source : NOUS-MÊMES. J'ai eu du mal à l'admettre au départ mais avec le temps, j'ai vite compris que c'était vrai. Et sacrément même !

Actuellement, à travers ma décision d'émigration, j'affronte mes propres limites intérieures : ma propension au défaitisme et à choisir la sécurité pour ne pas dire la facilité par conformisme et il faut le dire aussi paresse et même lâcheté parfois. En regardant en arrière, en revoyant ma jeunesse particulièrement, j'étais bien loin d'avoir cette clairvoyance et faisais tout, en copiant d'autres, pour me "planquer" socialement même si je sentais confusément que je trompais dans mes choix. J'avais vraiment l'attitude d'un fonctionnaire dans ce qu'il a de plus médiocre : faire juste ce qu'il faut pour que les choses continuent, par automatisme, confort... Eviter le changement, et surtout éviter le risque ! Or, avec les années, j'ai appris que rien de grand, de vraiment stable, de solide et de beau ne se faisait sans efforts mais aussi une dose plus ou moins importante de RISQUE. La vie, la vraie, vivante, vivifiante, intense, profonde, déteste la sécurité prolongée. C'est un principe absolu et TRES concret, croyez-moi ! 

La plupart des obstacles auxquels je me confronte désormais ont leurs racines dans d'anciens schémas et comportements dont les effets délétères se font toujours sentir aujourd'hui. Ma décision et l'action qui en découle me mettent devant un vrai chantier intérieur à mener. Si je veux gagner mon ticket pour l'Australie, c'est d'abord EN MOI que la victoire va se jouer. C'est d'ailleurs même là le défi essentiel qui était à relever. Je l'ai fait début juillet. Et ça tangue depuis. Je souffre parfois. Beaucoup. J'oscille entre doutes négatifs, angoisse extrême, amertume soudaine, douleur physique ou mentale, désespoir intense, puis enfin à nouveau, espoir et regain d'énergie. Un mélange détonant.

Concrètement, je subis déjà des contretemps à peine l'action de terrain commencée ! Ca promet ! Ce qui n'a rien d'étonnant en soi vu que ma croyance au succès de mon entreprise est encore trop limitée : elle se construit et se renforce mais est toujours incomplète. Le traumatisme de mon échec "suédois" avec ses conséquences désastreuses sur ma vie 8 années durant m'a marqué durablement. J'ai tellement souffert, au risque d'en mourir, que dorénavant la pression sur moi pour réussir le projet "australien" est maximale. Ma décision est essentielle, elle est surtout VITALE. Je n'ai pas d'autre choix que la réussite. C'est certes très dur à vivre mais c'est aussi très excitant. Paradoxe inconfortable qui exprime merveilleusement toute la complexité de la vie. En fait, tout l'enjeu de mon combat intérieur est le suivant : la qualité de mes pensées détermine la qualité de ce que je reçois à l'extérieur. Toute personne un tant soit peu éveillée spirituellement connaît et a vérifié ce principe qui n'est ni plus ni moins que l'union du lien de causalité avec celui de l'inséparabilité de soi et de son environnement. Comme je l'ai dit plus haut, nous sommes chacun d'entre nous la cause unique et profonde de TOUT ce qui nous arrive de manière récurrente en bien comme en mal... que nous l'admettions ou non. Si selon nos croyances propres, nous préférons rester dans le déni d'une telle réalité, ça nous regarde. A chacun son chemin d'épanouissement personnel, plus ou moins profond, plus ou moins superficiel.

 

SGI Trets buddhist centre 9CM

Centre bouddhique européen SGI à Trets (Bouches-du-Rhône)


Mener une telle lutte contre mes schémas de pensée d'autodévaluation et de malléabilité est nécessaire si je veux pouvoir voir éclore autour de moi les situations que j'espère. Je devrai être particulièrement vigilant à la conduite des gens qui m'entourent, réellement et virtuellement. Comme je l'ai écrit dans une note sur Facebook publiée il y a quelques mois, je romprai immédiatement tout lien avec quiconque n'acceptera pas ma décision ou la critiquera tout en dissimulant sa jalousie derrière de pseudo bons conseils. Car ce genre d'attitude résulte toujours d'une jalousie due à la frustration ou à la comparaison, en tout cas liée à l'histoire de la personne, souvent de vieux rêves non réalisés ou autres projets avortés. J'ai déjà donné dans le passé face à ce type de conduite et je peux désormais percevoir ce comportement irrespectueux dès les premiers mots, rien qu'à l'attitude physique de la personne. Ecouter de tels propos est une perte de temps monumentale et n'entraîne que confusion et souffrance pour celui qui les reçoit. Je l'ai appris à mes dépens. Quand l'amertume vis-à-vis de soi se pare des atours gracieux de l'empathie (feinte) pour mieux nous tromper. Mon échec "suédois" est grandement dû à l'influence néfaste de telles relations sur moi à l'époque. Et parmi ces personnes, plusieurs étaient bouddhistes, comme quoi, on peut pratiquer une philosophie élevée et garder dans son coeur pas mal de rancune vis-à-vis de soi qu'on fait surtout payer aux autres en les critiquant ou en les démotivant. C'est pourquoi je distingue clairement la foi que je pratique de ceux qui la partagent. Parmi ces derniers, certains la dénaturent complètement, et parfois sans s'en rendre compte : ils sont tout simplement sectaires ou alors passent à côté de la grandeur de la pratique bouddhique à cause d'un tas de problématiques intimes qu'ils ne parviennent pas à régler par déni ou par refus de réellement se réformer en profondeur... même si souvent ils croient l'inverse.

Par conséquent, je n'aurai AUCUN ETAT D'ÂME à rompre un lien même si c'est une "amitié" (mettons des guillemets car c'en n'en sera plus une alors) vieille de plusieurs années. Dehors ! Je zapperai... et passerai à quelqu'un d'autre plus en accord avec mon cheminement. Ma vie est extraordinaire sur ce point : à chaque fois que j'ai exclu définitivement une personne de mon existence pleinement et consciemment, elle a très vite été remplacée par une nouvelle relation plus en harmonie avec mon vécu présent. Quand on se respecte, la vie nous dit merci. Sous mon air si doux et rêveur, si fragile, je sais prendre certaines décisions radicales sans hésiter, naturellement : sacrifier les branches malades quand il le faut en fait partie. La fermeté, un rien inflexible, appartient comme mon ingénuité à mon caractère et je sais de mieux en mieux m'en servir... pour mon plus grand bien le plus souvent. C'est ça aussi marcher sur la voie de la sagesse : S'AFFIRMER simplement et fermement, AVEC CONVICTION. Et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas ! Je n'ai plus de temps à perdre.

J'ai déjà décrit dans ma note sur Facebook ma conception profonde de l'amitié : un véritable ami se réjouit de notre bonheur et nous SOUTIENT autant dans nos entreprises que lors d'un coup dur. Et si nous trébuchons sur le chemin de la réalisation d'un voeu cher, ce bon ami nous encourage à nous relever et à persévérer jusqu'à la victoire. Le bon ami est là même si la distance nous sépare, moins en quantité de temps de présence qu'en qualité d'écoute et de partage. Sa présence dans notre vie nous ELEVE, nous régénère, nous enrichit. J'ai toujours en mémoire cette magnifique citation d'Oprah Winfrey, la célèbre présentatrice TV américaine dont j'admire le parcours et la richesse intérieure, qui entre autres conseils avisés a prononcé ces paroles dans son célèbre show télévisé à propos de nos relations avec les autres :

"Entourez-vous uniquement de personnes qui vous élèvent. La vie est remplie de gens qui veulent seulement vous maintenir au sol."

Je reviendrai dans un prochain article sur le sujet de l'amitié et des relations humaines en général. Ma décision et l'action qu'elle entraîne m'amène à solidifier les fondations posées dans ma vie depuis l'été 2008 où je me suis effondré. Je ne reconstruis plus les bases de ma vie, je bâtis maintenant les murs du palais intérieur qu'elle devient. J'affirme clairement et fermement mes valeurs intimes et les attitudes qui en résultent. Ceux qui les partagent ou y sont simplement sensibles resteront en lien avec moi, les autres mettront d'eux-mêmes de la distance entre nous puis disparaîtront, sinon c'est moi qui couperai les ponts avant. Depuis que je reconnais la valeur de ma vie et de ma personne, je veux me protéger des mauvaises influences récurrentes. Affronter les obstacles s'oppose à stagner indéfiniment dans des situations qui nous dérangent en les acceptant passivement résignés. Il s'agit bien au contraire de REGLER les problèmes qu'elles posent... simplement et surtout EFFICACEMENT. C'est ainsi que j'ai décidé d'agir avec autrui désormais : installer l'harmonie dans mes relations, expulser les individus toxiques qui ne m'apportent rien ou si peu et entravent mon épanouissement. C'est un comportement BIENVEILLANT que de mettre l'autre face à ses responsabilités.

 

Comme vous pouvez le constater ma décision d'émigrer en Australie est bien plus qu'un simple projet de changement de pays de résidence : il s'agit véritablement d'un voyage intérieur... et extérieur dans le moment PRESENT. Certains effets se font d'ailleurs déjà sentir autour de moi au quotidien. En mettant tout en oeuvre pour concrétiser mon objectif, je suis en connexion directe avec mon Moi le plus intime comme je l'ai dit au début. Je me respecte totalement. Ce qui entraîne par effet miroir une plus grande considération de mon entourage envers ma personne en général. Les gens nous accordent la valeur que nous nous accordons. J'ai déjà là un excellent élément de réponse pour trouver une solution à certains contretemps relationnels qui m'agacent au plus haut point.

 

Copie de sunflower in backlit shot

 

Maintenant que mon projet est devenu une décision solemnelle et profonde et que sa concrétisation est en marche, je ne vous donnerai qu'un conseil venu du coeur : chérissez tout rêve que vous pouvez avoir. Nourrissez-le, faites-en un objectif puis un projet et enfin une réalité. Parfois, sur le chemin pour concrétiser votre rêve, vous comprendrez tout à coup qu'il n'était qu'une illusion, qu'il n'était pas vous, qu'il n'était pas né au plus profond de votre coeur. En effet, certains rêves sont aussi des mirages : les mirages de l'ego nourri par les fantasmes de la société matérialiste où nous vivons. Si votre rêve n'a pour but principal que de vous sentir brillant et avec un "plus" (plus de ceci ou de cela, plus de gloire, plus d'estime et de considération, plus d'admiration, etc...), alors, permettez-moi de vous le dire très simplement, votre rêve est lié à votre ego, pas à votre être intime, votre véritable identité. Vous le réaliserez peut-être mais un jour ou l'autre, vous en PAIEREZ le prix... HUMAINEMENT, même si ça doit prendre plusieurs années. La loi de causalité est implacable et n'a que faire des illusions personnelles.

Un rêve en relation avec votre être profond vous met toujours en joie, dope votre moral et votre énergie vitale même si les obstacles se dressent sur votre chemin. Il vous pousse malgré vous à le faire vivre. Si vous abandonnez un temps, il revient vous hanter, sans cesse : c'est logique, il est une émanation de votre inconscient le plus intime en lien avec l'univers. Un rêve basé sur l'ego, si vous l'abandonnez, ne vous laisse aucune sensation de manque avec le temps : il laisse doucement place à autre chose plus conforme à votre véritable nature puis disparaît à jamais.

Un rêve qui reflète votre personnalité la plus authentique n'oppose jamais votre épanouissement personnel à celui des autres. Au contraire, il les réunit. Un tel rêve vous fait TOUJOURS envisager sa réalisation sous l'angle du bien COLLECTIF autant que du vôtre. Et là encore, ce n'est que logique. Comme ce rêve émane de la partie la plus profonde de vous qui est en connexion directe et permanente avec la force gigantesque qui régit tout l'univers et inclut tout être et toute chose, sa nature est de rassembler et de relier essentiellement. Notre planète, la vie qui est apparue à sa surface et donc les être humains sonts nés de l'énergie du cosmos. Cette dernière force met et maintient en mouvement les cellules de notre corps mais intervient également dans le fonctionnement de notre esprit. Certains la voit comme une déité, d'autres comme une simple fonction et d'autres encore la définissent en tant que "Conscience Universelle". Peu importe. Cette force ne juge pas, n'impose rien : Elle EST. Un rêve issu de votre identité profonde projette de lui-même une aura particulière autour de vous : plénitude, compassion, sérénité sont de plus en plus présentes dans votre vie. C'est tout naturellement la lumière de cette énergie universelle, force vitale, pure et neutre, qui s'exprime alors en vous. Vous pensez selon ce que vous êtes au plus intime de vous, puis vous décidez et enfin agissez dans le même sens. Vous créez alors l'harmonie intérieure qui au fil du temps se reflètera aussi autour de vous.

Réaliser un ou certains de vos rêves émanant de la part la plus authentique de votre personnalité vous met en acte d'amour avec vous-même. Vous vous estimez davantage puisque vous exprimez qui vous êtes réellement. Vous vous affirmez face à vous-même et face aux autres tels que vous êtes et non selon les stéréotypes sociaux prédéfinis auxquels est soumis votre ego. Et tout naturellement, en vous respectant ainsi, vous en viendrez à respecter de la même manière les gens autour de vous. On peut donc comprendre pourquoi tant d'êtres humains sur Terre nomment l'énergie du cosmos "Amour Universel". Si chacun de nous laisse son esprit se connecter réellement avec cette force, nous devenons plus puissants, de meilleurs acteurs de notre vie. Nous nous régénérons.

Au bout du compte, un tel respect envers vous-même revient à exercer votre liberté d'être humain de la manière la plus noble et la plus absolue. Vous vous accomplissez. Vous vous épanouissez. Vous vous rendez plus heureux et vous êtes DEJA heureux : vous savez que les efforts que vous faites vont vous conduire à une situation meilleure. Certes, vous ne savez pas à quel moment, ni comment aboutira exactement votre projet mais vous êtes confiant. Poursuivre un rêve de coeur vous fait toujours progresser indépendamment du résultat obtenu. Vous espérez moins et vous agissez plus. Vous vous réalisez tout simplement, et c'est ce qui importe :

 "Le bonheur est le chemin, pas la destination." (auteur inconnu)

Oui, réaliser certains de nos grands rêves intimes, ne serait-ce qu'un seul, est bien une considération que nous nous devons tous à nous-mêmes. C'est être nous-mêmes totalement, pleinement. Nous sommes alors LIBRES et plus AUTONOMES ! Si chaque homme sur Terre décidait de donner vie à un de ses rêves les plus profonds, quels que soient les obstacles qui se dressent devant lui, il y aurait certainement plus de gens heureux. La force d'Amour induite par une telle attitude provoquerait un réel changement intérieur qui lui-même, selon la loi de causalité, entraînerait un changement progressif dans la société. Ce serait alors une véritable révolution... humaine. Chaque personne se construisant elle-même différemment avec des bases de vie plus respectueuses d'elle-même en viendrait à témoigner plus facilement un respect équivalent envers autrui. C'est l'énergie de l'union à travers l'affirmation de la valeur individuelle hors du prisme factice de l'ego cependant.

A l'évidence, si nous sommes réellement basés sur une telle force créative, il nous sera vite naturellement insupportable d'être heureux nous-mêmes en laissant les gens autour de nous englués dans l'infortune et la souffrance. Un BON rêve crée automatiquement une synergie POSITIVE autour de nous. Un bon rêve ne nous mène jamais à tirer profit d'une situation au détriment d'autrui. Les échanges avec les autres sont plus sains, VRAIS. Tout se fait dans l'harmonie même si des contretemps interviennent. Eh oui, réaliser un rêve né du Soi, s'accomplir, ne nous dispense pas d'affronter notre karma, notre causalité intime, et la dure réalité mondaine. C'est très souvent un chemin qui requiert courage et persévérance. L'important est de ne pas arriver à la fin de notre vie aigri et rempli de regrets pour ne pas avoir, ne serait-ce que ça, essayé d'aller à la rencontre d'un seul de nos rêves intimes.

 

Copie de sunflower 1

 

J'arrive à la fin de mon très long article. A mes yeux, à la date d'aujourd'hui, ce texte est le plus important que j'ai pu poster sur ce blog. Le beau navire blanc Renaissance continue son voyage mais cette fois, son équipage a une première grande mission à réaliser : accoster sans ennuis majeurs sur les terres aborigènes. 

 

J'embrasse mes plus fidèles lecteurs qui se reconnaîtront et je salue les autres avec un doux sourire. Namaste / Nam Myoho Rengue Kyo ! 

 

 

NOTE : si vous voulez commenter cet article, cliquez sur "écrire un commentaire" en bas à droite et non pas dans le cadre qui apparaît après avoir cliqué sur "j'aime".

commentaires

Françoise 25/04/2014 16:37


Bien sur tu n'es pas obligé de valider ce com, j'ai pris le train de ton cheminement en marche ,alors je reviens souvent en arrière pour bien comprendre , je voulais simplement dire que si toi tu
réalises ton rêve ou même si tu ne le laches pas, c'est à nous tous que tu fais du bien , je ne sais pas trop comment expliquer cela mais je le ressents profondément pardon je n'ai pas toujours
les mots, mais j'ai la sensibilité ,et ta détermination , et aussi la façon dont tu te devoiles ici est saine et ne peux être que constructive pour toi même et aussi pour ton auditoire Merci :)

ELLYPSO WARATAHS 25/04/2014 20:39



Etrange, Françoise, que tu aies pu penser que je ne validerais pas ce commentaire plutôt positif et rempli d'un soutien qui me va droit au coeur ! 


 


Dans toute cette histoire personnelle qui me mène à marcher sur une route sinueuse et accidentée vers un projet précis, oui, je vis clairement un parcours initiatique. C'est ce qui en fait
d'ailleurs la force... et tout l'intérêt qui n'a pas échappé à plusieurs dont toi. Tes propos me font penser à une amie qui grâce à mes écrits a pu prendre la décision cruciale de quitter un jour
un mari qui la violentait. Je ne suis pas peu fier d'un tel résultat dû à mon honnêteté et mon authenticité.


 


J'écris pour libérer certaines tensions insupportables en moi : c'est une soupape de sécurité, c'est évident. Mais j'écris aussi parce que j'aime ça : je suis somme toi qui est peintre, un esprit
créatif pur. J'aime jouer avec les mots et les idées. Je parle effectivement de moi et de ma vie mais jamais centré sur moi réellement : à chaque article publié, j'ai toujours en tête mon public.
J'écris pour bâtir un PONT entre les autres et moi, pour créer un lien humain empathique et respectueux où chacun apprend de l'autre avec simplicité, sans prise de tête et sans orgueil mal placé.


 


Bien à toi ! 



L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog