Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 01:18

Je sais bien que la plupart d'entre vous

N'y croient plus pour moi.

Je sais bien que si je me retournais,

Je ne verrai plus grand monde

Des débuts de mon aventure :

Juste quelques têtes, quelques rares amis,

Ceux qui à défaut d'une conviction inébranlable

Soutiennent encore ma décision

Parce qu'ils veulent me voir réussir, sincèrement.

 

Je sais que derrière mon dos,

On doute, on se moque parfois,

On me plaint aussi, on s'apitoie.

En tout cas, on s'interroge, beaucoup,

Sur mon cas désespéré de décideur au ralenti.

 

Je sais bien que j'ai manqué d'audace.

Je sais que j'ai trop laissé parler mes sentiments,

Que j'ai laissé mon rêve s'embourber

Dans la fange de l'indécision et de la peur.

Mon rêve s'est transformé en rêverie.

 

Je sais que j'ai plié sous les coups du travail,

Que les ambitions d'autres

Ont pris un pas malsain sur les miennes.

Je sais que je donne plus que je ne reçois,

Je m'en aperçois.

Certains amis me l'ont rappelé.

Désormais, je suis fatigué, même épuisé.

Mon corps est devenu l'enjeu principal

D'un duel entre la vie et la mort

Dont j'ignore encore l'issue.

 

Chaque jour compte dorénavant.

Chaque jour est une chance.

Chaque jour est un pas de plus

Vers la réussite de mon projet.

Alors que tout me voudrait perdant,

Je ne me résigne pas.

 

J'ai encore le souffle de la vie,

La fameuse énergie du désespoir,

La rebellion du condamné

Qui refuse de se soumettre à la sentence injuste.

Je crie "NON !" de toutes mes forces

A l'opinion publique autour de moi.

Je crie "NON !"

Parce que je sais que j'ai raison

Et que mon combat en vaut la peine.

 

Pourtant, je sais que derrière mon dos,

On doute, on se moque parfois,

On me plaint aussi, on s'apitoie.

En tout cas, on s'interroge, beaucoup,

Sur mon cas désespéré de décideur au ralenti.

 

Mais je sais surtout

Que parmi tous ces gens alentour,

Les jaloux, les frustrés se réjouissent de mon tourment

Sans le dire évidemment

Et qu'ils n'espèrent que mon échec.

Ce qu'ils ignorent,

C'est la puissance de ma conviction.

Même très atteinte, presque moribonde,

Ma confiance ne désarme pas et s'affirme davantage

 Face à leurs attentes mesquines,

Espoirs illégitimes de chute

Que révèlent trop souvent le petit conseil malsain

Au détour d'un verre de vin, d'un appel téléphonique

Ou d'un message qui vient aux nouvelles ou qui commente ma pensée.

 

Je marche sur la voie de ma vie,

D'une existence où tout se paie au prix fort,

Même quand je veux croire l'inverse.

J'arpente un abrupt chemin de rocailles

Qui serpente le long du flanc de la montagne de mes désirs.

Je n'ai pas encore atteint les nuages qui voient le sommet,

Le dissimulant à mon regard désorienté,

Lui donnant des airs de mirage.

 

Et je sais que derrière mon dos,

On doute, on se moque parfois,

On me plaint aussi, on s'apitoie.

En tout cas, on s'interroge, beaucoup,

Sur mon cas désespéré de décideur au ralenti.

 

Je dois gagner.

Rien que pour honorer ma promesse de juillet*,

Rien que pour le geste, l'honneur et la droiture.

Question humaine plus qu'éthique,

C'est ma loyauté bienveillante,

Le pouvoir immanent de l'empathie universelle.

 

Je dois quitter la France

Où je ne me retrouve plus.

L'audace individuelle n'y est pas la bienvenue :

Elle y subit le joug impitoyable 

D'une idée d'égalité prétentieuse, vaine et injuste.

Je veux quitter la France

Qui exhalte la sécurité conformiste d'état

Et méprise le risque naturel de la vie.

Je veux m'extraire d'un moule où j'étouffe.

Je veux sortir de cette gangue temporaire

Afin de montrer le beau fruit intérieur qui a mûri en moi :

Mon essence, mon Je permanent.

Non, je ne resterai pas cet autre d'emprunt

Qui me colle à l'intérieur

Et résiste au changement que j'ai impulsé.

Mon rêve, c'est aussi ma liberté d'être moi,

Ma liberté d'aimer, de briller, de m'accomplir.

 

Non, je ne renoncerai pas.

Peu importe le prix !

Et SURTOUT, peu importe le prix !

La vie plutôt qu'une sous-vie,

Mourir comme alternative à l'échec.

Intense radicalité qui m'impose la vigilance,

 Le plein respect de ma personne

Et d'honorer l'instant présent...

Puisque vivre, c'est d'abord être le présent

Sans savoir de quoi demain sera fait.

C'est le grand mystère de la vie, l'ignorance de notre devenir...

Malgré les visualisations, les créations, les projets, les rêves.

Nous ne savons pas ; nous ne savons rien.

Nous vivons toujours avec des "peut-être" en bandoulière

Et des "sûrement" en récompense.

Je sais que le chemin que je trace est aléatoire :

Ce que je trouverai en route, je l'ignore exactement

Mais parce que je veux vivre,

JE CONTINUERAI JUSQU'AU BOUT

 

Même si je sais que derrière mon dos

On doute, on se moque parfois,

On me plaint aussi, on s'apitoie.

En tout cas, on s'interroge, beaucoup,

Sur mon cas désespéré de décideur au ralenti.

 

Mais à tous, je dis aussi

Que si le temps est le temps,

Mes faiblesses d'aujourd'hui seront mes atouts de demain :

Je profiterai comme il faut de ma victoire.

Je gagnerai humainement,

Je gagnerai dignement.

Je gagnerai sûrement.

Je partagerai avec tous le fruit récolté.

 

Au-delà des mots doux ou acides,

Des intentions pures ou malsaines,

A travers mes peurs stupides et insensées

Et malgré mon humeur défaillante...

C'est moi au présent.

Je cueille les fleurs de l'amitié,

J'apprécie l'apesanteur de ma solitude.

Je ne demande rien.

J'agis tel que je suis,

Avec irrégularité mais constance,

Parfaite incarnation de la contradiction.

MAIS J'AGIS.

 

Je vais à petits pas.

Je m'arrête.

Je vais à nouveau à petits pas

Puis je m'arrête encore.

C'est ainsi.

J'ai compris que la lenteur du voyage

Importait moins que d'arriver à destination.

Tout ce qui compte, c'est d'exclure l'abandon.

 

Cependant, je sais que derrière mon dos

On doute, on se moque parfois,

On me plaint aussi, on s'apitoie.

En tout cas, on s'interroge, beaucoup,

Sur mon cas désespéré de décideur au ralenti.

 

C'est ça ! Parlez donc ! Pensez, réfléchissez !

Moi, je sais bien que...

Je ne m'arrêterai pas.

 

 

(*) : Le 5 juillet 2011, devant un public de pratiquants bouddhistes attentifs, je pris la décision solennelle d'émigrer en Australie pour rejoindre mon ami natif et habitant de ce pays. Mon projet d''expatriation était né. L'article 9 de ce blog traite du processus de conscientisation particulier et de sa réflexion induite qui alors accompagnèrent la prise de mon engagement.

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans JE VIS MA LEGENDE
commenter cet article

commentaires

Marlène Aurangé 25/05/2014 02:16


A force de persévérance, on peut réaliser ses plus grands projets. "Quand on veut une chose, tout l'Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve", a écrit Paulo Coelho.

ELLYPSO WARATAHS 26/05/2014 03:34



 Je connais bien cette citation de Paulo Coelho : elle est une de mes grandes pensées guides. Merci de me la
rappeler. Il n'y a aucun hasard. Je l'avais peut-être un peu oubliée ces temps-ci. 



M. Aurangé 22/05/2014 13:15


Vous faites bien de suivre votre propre voie, peu de gens en ont la force. Peu importe ce que pensent les gens autour de vous, le plus important est d'être en accord avec vous-même. Je salue la
lucidité dont vous faites preuve.


Bien à vous

ELLYPSO WARATAHS 23/05/2014 03:10



Merci Marlène pour votre soutien moral que j'accepte sans hésiter !  Rester soi face aux propos des autres
qui déjà ont archivé votre projet dans la remise des échecs et des rêves brisés est en effet un enseignement difficile et parfois cruel. Mais c'est la vie ! En tout cas, j'ai déjà appris une
chose bien concrète depuis que j'ai emprunté la route vers mon objectif : la persévérance et l'autonomie sont vraiment les deux qualité principales des authentiques vainqueurs. Ne compter
que sur soi et continuer jusqu'au bout quoi qu'il arrive en chemin, telle est la base morale de celui qui obtient un jour le succès dans un projet d'envergure.



Anne 02/05/2014 20:25


Bonsoir Laurent Pierre 


Ton écrit est assez tranchant dis moi.....


Néanmoins, il est bon de dire les choses telles qu'on les ressent, pourquoi enrober....Tes mots, martellés dans une autre couleur (le brun), raisonnent comme un pied de nez à ceux que tu
interpelles et  leur rappelle ta détermination...En fait cet aspect de ton texte répété, et mis de surcroît dans une autre couleur(violet), fait que l'on ressent en priorité le côté cinglant
 :) (en tout cas, je l'ai ressenti ainsi  :)  ) 


Heureuse de te savoir dans cet état d'esprit, celui qui te fait avancer, encore et toujours, faisant fi des braves gens qui n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux   :) 


Pensées chaleureuses :) 

ELLYPSO WARATAHS 03/05/2014 00:49



Bonsoir Anne ! Merci de ta contribution !


 


Oui, effectivement, je montre aujourd'hui une facette de ma personnalité moins connue : ma lucidité. Cette qualité va chez moi de pair avec un état d'esprit tranchant qui coupe dans le vif mais
aussi beaucoup de discernement et de justesse. Elle vise toujours dans le mille, là où il faut pour mettre les choses au clair... avec moi d'abord. Souvent quand je me montre ainsi, beaucoup de
gens sont surpris et parfois réagissent négativement, en tout cas au début. C'est logique : ils se sont tellement habitués à ne voir (ou ne vouloir considérer) que ma partie douce, consensuelle
et empathique, éthérée et rêveuse. La réalité leur rappelle que je suis fait de facettes diverses mais non opposées, complémentaires.


 


Actuellement, ma lucidité m'est d'une grande aide : pragmatique, elle me fait davantage "coller" à la réalité. Un brin de désabusement et de mélancolie l'accompagne souvent, c'est vrai, mais il
en est un résultat : c'est parce que je vois les choses telles qu'elles sont que j'en ressens le poids et que je me sens agressé, en tout cas dans un 1er temps. C'est ce qui explique sans doute
cette fermeté cinglante, qui peut paraître agressive, ici. Après, je cherche à composer avec le réel et à transformer la situation. L'un de mes grands objectifs personnels est de travailler le
lâcher-prise : je manque de détachement intérieur face aux évènements contraires. Il est quasi-certain que si j'avais plus de prise sur mes réactions face à un obstacle, je n'aurais pas écrit cet
article de la même manière : j'aurais été aussi lucide mais de façon moins emportée quoique ferme cependant. En effet, ma lucidité restera de toute manière un trait de caractère abrupt chez moi.
Et honnêtement, je préfère que ça reste ainsi : j'en ai besoin pour me défendre et mettre les choses au clair avec l'entourage, quitte à décevoir et à déplaîre. Les vrais amis comprendront ; les
autres partiront si ça leur chante. Je n'en ai cure. Moi, j'avance !


 


Je t'embrasse.



Licia 02/05/2014 17:40


Bonjour. Ne lache rien continus d'avancer et contre fiches toi de ceux qui critiquent...

ELLYPSO WARATAHS 02/05/2014 23:37



Bien sûr Licia que je continue ! C'est une attitude qui est nouvelle pour moi : par le passé, si j'ai su être persévérant, je ne l'ai été que jusqu'à un certain point... où l'influence malsaine
de certains m'a fait tout abandonner grâce à un doute finement distillé dans mon esprit. Cette influence négative s'est présentée soit directement à moi lorsque des gens me manifestaient en face
leur jalousie ou leurs préjugés à travers une interprétation toute personnelle et fausse de ma réalité propre, soit à travers les effets de ma culture familiale où la soumission excessive à
l'autorité, ceux qui "savaient" mieux, était une règle tacite. J'ai échoué dans beaucoup de projets au cours de ma vie à cause de ces schémas relationnels négatifs. Maintenant que l'occasion
m'est à nouveau offerte de pouvoir transformer un tel système de pensée, je n'hésite plus : je continue jusqu'au bout. Et cette fois, c'est bien moi qui donnerai la suite que je veux aux
évènements, n'en déplaise aux frustrés et aux jaloux de tous poils !



L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog