Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 13:38

DISCRIMINATION... POSITIVE ?

La notion de discrimination blesse à tous égards mon respect de la liberté et de la vie dans sa diversité. Mais cette attitude me répugne encore davantage dès qu'elle est rendue obligatoire et légitimée par les pouvoirs publics. Que l'on exclut certains d'emblée ou selon des critères avancés par un état afin d'avantager une catégorie de personnes, son fondement demeure L'ARBITRAIRE. En effet, des prérogatives sont accordées à des individus AU DETRIMENT d'autres. Toujours. Pierre se retrouve ainsi dénudé pour habiller Paul. Le summum de la solution stupide et inutile décidée par des arrivistes prétentieux, parfaits imbéciles à l'apparence d'élite, pourtant élus et réélus par un peuple dont les intentions jalouses l'aveuglent : avoir la peau de l'autre qui pense différemment et surtout VIT autrement car supposé plus heureux. C'est ainsi que tout système discriminatoire fonctionne toujours : les critères discriminants sont créés selon les seules valeurs et conceptions de quelques-uns qui s'estiment dans leur bon droit... mais ce n'est qu'une interprétation de la réalité, en rien une vérité. Et c'est surtout une recherche égoïste d'un profit social. Les politiques sont très friands de ce genre de mesure clientéliste car il leur permet d'avoir à peu de frais des électeurs potentiels. La démocratie n'a rien à voir là-dedans : c'est de la pure démagogie ou une conception dénaturée, erronée, de la justice. Tout est dans l'apparence, la forme. Créer des quotas et mettre en place la discrimination positive (qui ne l'est que dans le principe) ou la parité hommes/femmes ne répond pas aux enjeux sociaux. Toutes ces mesures sont le signe que la société, à travers ses politiques qui en sont ses représentants, se dispense du travail de fond nécessaire à l'avènement de solutions efficaces sur le terrain. Et comme chacun sait, les meilleures réponses aux problèmes viennent toujours du terrain parce qu'elles sont en prise directe avec la réalité. La vision distanciée, certes importante, n'est utile qu'en complément toutefois et dans un second temps.

Seul le PRAGMATISME importe pour entraîner efficacement tout mouvement social authentiquement progressiste. Or, une telle démarche demande plus de temps et qu'on tienne compte de tous les avis dont beaucoup s'opposent plus ou moins frontalement sur les questions concernées. Le pragmatisme évite les délires idéologiques et la dictature technocratique. Et c'est bien pour ça que nos élus évitent d'en référer au terrain même s'ils prétendent l'inverse : ils seraient vite désavoués et leur incompétence face à nombre d'enjeux sociaux et sociétaux surgirait clairement.

 

#

 

FEMINISME

Nous sommes un 8 mars, officiellement décrété la journée de la femme. Lors d'une manifestation de rue, une féministe en pleine hargne revendicative s'exprime avec véhémence et en direct devant les caméras de télévision : "Eh oui, les hommes veulent toujours tout commander et ont bien du mal à déléguer une part de leur pouvoir à l'autre partie de l'humanité ! Nous en avons assez de leur phallocratie ! Toutes ces années écoulées depuis les premières manifestations pour nos droits, à nous, les femmes et toujours si peu ! Je le dis haut et fort à toutes mes soeurs de lutte, le combat doit continuer !" Fière de ses affirmations et persuadée de laisser un message vital et transcendant dans l'esprits des téléspectateurs, la militante MLF s'enhardit et ne peut s'empêcher d'en rajouter dans l'indignation de circonstance. Elle plante alors un regard volontaire et guerrier droit dans la caméra la plus proche : "Et quel manque de respect permanent envers nous, messieurs ! Ah, les hommes, vous êtes si lâches, menteurs, dissimulateurs, obsédés par le sexe, égoïstes et souvent immatures !" La pasionaria sourit alors, le coeur rempli par l'autosatisfaction. Ce que la dame ne voit pas mais que la caméra filme, c'est la pancarte qui apparaît juste au-dessus de sa tête au même moment, tandis que le cortège va lentement. Un message peint en grosses lettres rouge vif clame : "LA FEMME EST L'EGALE DE L'HOMME."

 

#

 

PRINCIPE DE VERITE

Actuellement, dans plusieurs pays du monde, la question de légaliser ou pas le mariage dit homosexuel est l'objet de furieux échanges entre les pros et les antis. Comme toujours, le manque de nuances et l'attachement à ses propres croyances éloignent les débatteurs d'un traitement objectif, plus neutre, et certainement plus salutaire, du sujet. L'invective et les crispations idéologiques ont tôt fait de polluer le débat, ce qui à mes yeux, le rend d'emblée caduc. Je m'en désintéresse et vais cutiver mon jardin ailleurs. Il ne s'agit plus de réflexion et d'échange sain entre parties opposées, en tout cas entre individus aux opinions différentes avec toutes leurs nuances... qui ne sont guère entendues. Le débat autour du "mariage gay" ou d'autres thèmes très polémiques tels l'avortement, l'euthanasie, l'énergie nucléaire, le changement climatique ou les OGM entre autres, montre sans détours l'ampleur de ce qui nuit à l'établissement d'une paix mondiale sur Terre : la violence intrinsèquement vivante et entretenue par l'homme dans son coeur. Et la pratique d'une religion n'y change pas grand-chose. Pire, la foi en une idéologie dite sacrée a la fâcheuse tendance à fermer encore davantage le coeur et l'esprit chez beaucoup.

Mais dans les faits, l'inaptitude à l'écoute et l'enfermement dans son seul système d'idées sont la conduite d'une large majorité de tous bords politiques et philosophiques, croyances profanes ou sacrées confondues. Ce qui démontre une réalité mainte fois illustrée par l'Histoire humaine : le principe de vérité est sans nul doute la plus dangereuse création de l'esprit des hommes. Directement issu de la tendance égotique naturelle de l'homo sapiens, ce principe se rattache à l'un des comportements les plus vils du coeur humain : l'égoïsme. C'est essentiellement interpréter la réalité du monde selon ses seules croyances afin d'entretenir son propre équilibre intérieur. Ce principe quand il est issu d'un esprit mesuré, attentif à ne pas blesser autrui, reste circonscrit à une posture philosophique, morale voire moralisatrice, plutôt personnelle et privée. Mais sous l'influence de débats liés à des thèmes intimes ou polémiques, d'autres, tout aussi nombreux, perdent toute limite et s'écartent des chemins de l'Amour oubliant compassion et respect. Ils courent alors allègrement sur la voie du jugement de valeur et du mépris hypocrite. Leur attitude est en effet plus ou moins bien dissimulée sous l'apparente intention d'avoir avec l'entourage des échanges constructifs ; l'écoute mutuelle est plus feinte que réelle. Mais les véritables fondements de leur réflexion ne tardent jamais à se dévoiler au grand jour dès que la partie adverse maintient son argumentation pour justifier une pensée ou une conduite manifestant ainsi son refus de partager l'opinion du détenteur d'une vérité autoproclamée. Dès lors, tout change : la bienséance intellectuelle, écrite ou verbale, laisse vite place à l'ironie voire la diatribe. Le principe de vérité devient alors une arme de guerre dans le coeur et l'esprit : seul compte d'IMPOSER sa croyance aux autres qui ont des convictions différentes (et surtout opposées). On se place dans une logique de défense et d'attaque : préserver l'intégrité de son système de pensée intime et ses bases tandis qu'on pourfend allègrement celui du contradicteur dès que c'est possible. Il importe principalement de montrer que l'on a raison et que l'autre a tort, que le bien-penser est de son côté et la pensée incorrecte ou déviante est de l'autre. 

En somme, le principe de vérité est l'avatar mondain du manichéisme profond qui sous-tend la conduite humaine en général et qui est le germe de tous les conflits privés ou publics, du simple différend à la querelle la plus violente, de l'incident diplomatique au massacre le plus sanglant, depuis que l'homme existe sur Terre. Implorer systématiquement une vérité, SA vérité, et la déclarer en outre universelle, montre une complète incapacité à concevoir la réalité de la vie en ce qu'elle est essentiellement : la diversité dont nuances et contrastes sont le fondement naturel.

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans UN NOUVEL HOMME
commenter cet article

commentaires

L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog