Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 00:14

Ce 21 février 2015, mon blog a eu 4 ans. Je voulais passer l'événement sous silence tant il est insignifiant, et puis, le commentaire d'Anne, une amie, sur mon 71è article qui m'invitait dans sa réponse à continuer ce blog que je parlais d'arrêter (cf article 70) m'a interpellé une première fois. Quelques jours plus tard, le jour même de l'anniversaire, mon attention est retenue par un message inhabituel. C'est l'équipe d'Overblog, le site qui héberge L'observatoire du cœur, qui m'envoie un courriel commercial, ça va de soi, me rappelant les 4 années d'existence de mon blog chez eux. Bizarre, l'an dernier, je n'ai rien reçu, ni l'année d'avant et encore d'avant. Tiens ? En tout cas, je sens comme un réel intérêt (pas uniquement commercial) pour mon blog malgré son faible taux d'audience général, comme je sais bien que l'arrêt de L'observatoire... décevrait quelques fidèles lecteurs très intéressés par mon évolution et les transformations intérieures profondes et radicales qu'elle a induites en moi en quelques années seulement. Du coup, je reste dans un statu-quo, ne sachant que faire.

Mon blog traverse une crise parce que moi-même, je me trouve dans une zone brumeuse de ma vie actuellement. Comme je l'ai dit dans mon 70è article, toutes mes actions pour obtenir un parrainage d'un employeur australien via le système "overseas" (c'est-à-dire hors du pays) ont échoué : ce processus ne fonctionne pas ou très mal. Ce qui est logique : quel employeur voudrait embaucher une personne qu'il n'a jamais vue ou qu'il ne verra d'abord que lors d'un entretien vidéo sans possibilité de contact réel ultérieur rapidement ? A moins d'être jeune et dans un domaine très prisé (l'informatique notamment), ce système s'avère inefficace et chronophage.

Concrètement, mon projet est tenu en échec par les circonstances. Reste à savoir maintenant si c'est temporaire et qu'une autre solution est possible ou si c'est définitif. C'est là qu'est l'inconnu, le grand flou. Du coup, si l'échec se confirme, je sais que continuer à tenir ce blog va devenir très problématique pour moi. En effet, j'ai créé cet espace d'expression sur la lancée de mon séjour en Australie en 2010 et de ma connexion intime alors au maximum avec celui que je considérais alors comme mon compagnon de vie potentiel, Derek, mon ami australien. L'observatoire du cœur est devenu peu à peu le réceptacle et le miroir d'une fantastique aventure intérieure où je me suis reconnecté complètement avec mon être profond. Ce qui m'a permis de marcher ENFIN sur le chemin de mes rêves sans honte, avec moins de crainte et avec un courage renouvelé. Malheureusement, entre-temps, non seulement je me suis trouvé confronté durement à la réalité administrative et politique australienne concernant l'immigration mais en outre, j'ai dû aussi gérer une dégradation graduelle de mon état de santé qui a abouti à un syndrome d'épuisement professionnel (ou burn-out) que j'ai déjà beaucoup évoqué dans des articles précédents. Cette situation adverse a fini par mettre le discours que je relayais sur mon blog en complet décalage avec ma réalité extérieure malgré mon action. Au bout du compte, bien que mes mots témoignaient de ma vérité intérieure en toute honnêteté, ils ont été trahi par les faits. Or, c'est ce fossé entre les causes plantées dans le sol de ma vie et les résultats obtenus qui me posent problème justement pour la continuité de mon blog.

En effet, je me mets à la place d'un nouveau lecteur qui tout à coup serait intéressé par l'aventure de mon projet australien et de mon développement personnel : ce dernier lira chaque article comme une preuve de ma vérité intérieure, de ce que je suis... jusqu'à constater un jour que j'ai failli et que tout ce qu'il aura lu avant sera au final caduc, inutile. Heureusement que chaque article est daté : au moins, il montre que je parle de ce que je suis au moment X et que ce que j'étais hier n'est plus forcément vrai aujourd'hui. Mais c'est surtout pour moi que venir habiter cet espace numérique sera le plus difficile : vivre avec la mémoire de toutes ces attentes et la proximité de toutes les affirmations que j'ai pu faire ces dernières années va créer un malaise intérieur certain. Le décalage entre ce que j'ai pu écrire et ce que je vis est tel que la question même du sens intervient en toute logique. Ecrire de nouveaux articles dont le fond infirmerait celui d'écrits plus anciens me dérangerait vraiment. La raison principale est la cohérence et l'unité du blog. Ce n'est pas vraiment ce que je vivrais aujourd'hui qui me causerait du désagrément mais bien la proximité avec tous ces espoirs déçus que j'aurais étalés à longueur de lignes. Je n'ose imaginer la douleur que je pourrais ressentir sur l'instant quand parti dans une autre direction, je me mettrais à lire tous ces textes où je célébrais l'esprit positif et la possibilité de disposer de notre vie comme bon nous semble : le choc serait terrible, je le sais. Or, c'est justement ce que je veux éviter, d'où la question d'en finir avec L'observatoire et de tourner la page... pour autre chose.

Je vais continuer à réfléchir. J'ai des idées comme clôturer ce blog en le laissant en ligne et en commencer un autre qui serait la suite de celui-ci mais avec une manière de penser et d'être plus fraîche, plus en adéquation avec mon expérience, moins radicale peut-être dans mes affirmations et mes attentes. Ce nouveau blog serait la deuxième partie de L'observatoire du coeur, une nouvelle période dans le long cheminement spirituel qui est le mien. Le premier Observatoire et le nouveau auraient chacun un sous-titre pour bien marquer leur différence et qu'ils ne se situent pas aux mêmes périodes de ma vie, et que ce qui est évoqué dans le premier n'est plus toujours d'actualité aujourd'hui. Sinon, j'ai toujours la possibilité de continuer le blog actuel tel qu'il est en faisant confiance à l'avenir : Derek et Gérard, un ami français, m'ont chacun dit que je devais continuer mon chemin d'ouverture et accepter de revoir mon projet australien sans forcément l'abandonner. En effet, je ne connais pas toute l'histoire, toute la structure invisible qui soutient l'ensemble, structure qui se révélera une fois l'objectif réalisé. Mon projet ne se concrétisera certainement pas de la manière dont je le pensais au départ et la confiance est de mise. La continuation de L'observatoire se ferait en étant moins autocentré que par le passé, en laissant davantage de place aux thèmes sociaux et sociétaux. D'ailleurs, parallèlement, je pense de plus en plus à créer un blog professionnel sous mon véritable nom ou un autre pseudonyme. De plus, Anne, l'amie que j'ai évoquée tout au début m'a conseillé de ne pas fermer L'observatoire du cœur et de le continuer : elle m'a fait entendre que je devrais laisser plus de place aux thèmes d'actualité et en relation avec les thématiques de société voire politique parfois car à ses yeux, j'y excellerais.

En tout cas, je sais que je dois revoir quelque chose dans ma manière de bloguer, que je dois corriger un angle de vue sur les choses et affirmer davantage mon unicité : j'ai réalisé que sur plusieurs points en tenant ce blog, je n'avais pas respecté ma vie et son fonctionnement particulier, si différent de celui des autres vies. J'ai voulu trop "coller" à la doxa positiviste ambiante : il faut penser, agir, respirer PO-SI-TIF sinon on ne vaut rien ! C'est en effet le discours un rien totalitaire qui nous est imposé à longueur de temps, non ? Sauf que ça ne correspond pas à tout le monde et que c'est même une cause de souffrance chez beaucoup qui s'en veulent du coup de ne pouvoir adhérer malgré eux (résistances involontaires) au schéma positif promu sur les médias et les réseaux sociaux par les papes de la pensée positive.

En fait, j'ai négligé de voir la complexité des choses et j'ai négligé de mettre en avant la base de ma vie qui est fondée sur un immense pessimisme dû à une lucidité profonde sur les choses. Lorsque je relis d'ailleurs certains anciens articles de L'observatoire, je me sens un peu mal à l'aise. J'étais certes sincère sur le coup mais en fait, je m'escrimais plus à affirmer que je croyais dans mon objectif que je n'y croyais en réalité. Plus clairement, j'ai omis de tenir compte de ce qui fait la base de ma relation personnelle avec l'environnement : l'authenticité... mélancolique. J'ai simplement oublié que mon honnêteté avec moi-même et les autres tire essentiellement son énergie de la tristesse et non de la joie. C'est toujours la tristesse qui m'a fait avancer dans la vie et m'a amené vers mes plus grandes victoires, jamais la joie. Ça semble paradoxal mais c'est ainsi. La tristesse m'a toujours fait agir avec modestie et sagesse : elle m'a appris le détachement et le lâcher-prise, l'espoir équilibré, sans emphase, sans obsession. La tristesse m'a enseigné la profondeur d'être et permis d'exprimer la beauté de mon cœur : elle m'a ouvert les portes cosmiques pour parler le langage de l'âme.

J'ai rêvé trop fort et voulu à en crever la réalisation de mon projet australien. Aujourd'hui, je ne peux même pas dire s'il se réalisera ou non. Mais j'irai jusqu'au bout. Je sais en tout cas qu'une grande partie de la victoire sera dans le fait de rêver selon les règles de ma vie : rêver petit pour me permettre d'obtenir grand. Et peut-être que l'opportunité d'ouvrir un nouvel espace d'expression plus en phase avec ma VRAIE philosophie de vie intime sera nécessaire afin de me retrouver tout frais et dispo et d'attaquer mes projets avec une réelle humilité et plus de douceur et de respect envers moi-même. C'est en effet le cadeau fondamental que m'a toujours fait la tristesse : le respect de qui j'étais et de ce que j'étais. C'est en acceptant les limites, les miennes comme celles du dehors, que j'ai fini par les dépasser et atteindre certains objectifs passés.

N'hésitez donc pas, surtout si vous êtes un fidèle lecteur, à me donner votre avis. J'en tiendrai certainement compte en partie pour trancher et décider de la suite à donner. Bien à vous ! Namaste !

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans JE BLOGUE MON CHEMIN SPIRITUEL
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 17:13

Ce 55è article est un peu la continuité du précédent : j'y parle à nouveau de mon blog et c'est une nouvelle dédicace à votre égard, chers lecteurs. Aujourd'hui, L'observatoire du coeur fête ses 3 ans d'existence grâce à ma persévérance et à votre fidélité. En effet, le 21 février 2011, je donnais le coup d'envoi de mon blog en publiant ici mon tout premier article qui reçut un bel accueil de la part de mon public.

 3bougies

 

En exclusivité, pour fêter l'occasion, je vous livre la recette d'un gâteau très spécial : le moelleux des échanges authentiques. C'est une fée qui m'en a parlé. La recette est pour 6 à 7 personnes... et franchement savoureuse. En voici les ingrédients :

  • 200g de farine d'amitié (complète s'il vous plaît, car elle contient bien plus d'honnêteté, de confiance et d'engagement, ne la confondez pas avec la farine de copinage moins chère certes mais bien moins goûteuse)
  • 50g de farine d'amour (elle apporte un plus indéniable : toute relation humaine devrait être fondée sur l'amour universel)
  • 50 g de fécule d'humilité(un liant incomparable qui allège tout, mieux que la fécule de pomme de terre ou de maïs ! Délaissons nos attentes opportunistes égotiques !)
  • 4 gros oeufs de poules aux oeufs d'or (hors des saisons de ponte d'oeufs en or massif évidemment ! En temps normal, ces oeufs ont une fine coquille dorée cassable et un jaune aux reflets d'or très nourrissant)
  • 3 cuillerées à soupe de sirop de courtoisie (plus original que le sirop d'agave ou le miel, sa douceur parfumée un peu oubliée est pourtant exquise et remplace si bien celle plus neutre du sucre et surtout celle si écoeurante de l'obséquiosité)
  • Poudre d'empathie (pour son arôme aussi suave et délicat que celui de la vanille mais encore plus subtil car complexe. L'empathie est en tout cas mieux indiquée que la simple sympathie)
  • 300g de chocolat noir aux éclats de loyauté (c'est vrai, c'est cher mais l'arôme si puissant et tout en retenue qui s'en dégage n'a pas de prix et fera de votre gâteau un must inoubliable !)
  • 1 tasse à café d'infusion d'égalité (pour un goût de fond corsé qui soulignera parfaitement ceux du cacao et de la loyauté)
  • 200 cl de crème des anges (si onctueuse et légère)
  • 1 sachet de levure magique de Dame Pimprenelle (la meilleure poudre à lever qui soit concoctée par l'une des fées marraines d'Aurore, la Belle au bois dormant, qui à force d'essayer de cuisiner pour sa filleule sans succès des gâteaux comme les humains a créé cette levure miracle pour les réussir à tous les coups)
  • 1 sachet de perles de joie (ces pépites fantaisie en sucre aux couleurs vives croquent sous la dent et libèrent une saveur intense !)
  • 1 rose des vents blanche de grande taille en papier hostie (ou 3 ou 4 roses moyennes ou petites)

(*) : Cet ingrédient est facultatif et vous pouvez le remplacer par 100g de farine d'amour. Mais je ne vous le conseille pas parce que mine de rien, la texture de votre gâteau sera (un tout petit peu) moins aérée, moins légère, un peu moins fine.


     * - . * . - * - . - . *

 

Maintenant, voici comment préparer ce délicieux moelleux des échanges authentiques :

  • Dans un saladier, mélangez les oeufs entiers et le sirop de courtoisie. Puis peu à peu, incorporez les farines d'amitié et d'amour puis la fécule d'humilité, la poudre d'empathie et enfin la levure magique. Remuez jusqu'à obtenir un mélange homogène. Laissez reposer.
  • Pendant ce temps, cassez le chocolat en morceaux puis jetez-en 200g dans une casserole. Laissez fondre à feu très doux. Incorporez très progressivement 150 cl de crème des anges tout en remuant doucement avec une cuiller en bois. Puis lorsque vous avez un ensemble bien lisse et homogène, l'intégrez lentement à la préparation précédente et mélangez le tout sans heurt, avec un geste doux et régulier. Vous devez obtenir un mélange homogène d'un beau marron irisé d'or. Préchauffez votre four à 150/160°C pendant 5 à 10 minutes. Pendant ce temps, beurrez généreusement un moule à manqué pour 6 à 8 personnes puis versez-y votre appareil. Mettez le tout au four à 180 °C pendant 30 minutes environ. Vérifiez l'état de cuisson de votre gâteau en y enfonçant la lame d'un couteau : une lame sèche indique que votre moelleux est cuit. Retirez le gâteau du four avec précaution puis laissez-le refroidir dans un coin.
  • Lorsque votre moelleux est froid, démoulez-le sur un plat de présentation.
  • Faites fondre les 100g de chocolat noir restants à feu très doux. Incorporez-y lentement le reste de la crème des anges sans cesser de remuer doucement avec votre cuiller en bois puis enfin rajoutez petit à petit par cuillerées à café l'infusion d'égalité jusqu'à obtenir un mélange homogène, lisse et onctueux comme une crème. L'ensemble doit être d'un marron profond. Versez votre préparation sur le haut de votre gâteau au centre afin qu'elle s'étale harmonieusement dans toutes les directions. N'hésitez pas à utiliser une spatule afin d'uniformiser votre nappage et que tout le haut du gâteau soit bien recouvert. Lorsque vous avez nappé votre moelleux uniformément, décorez-le avec des perles de joie que vous sèmerez un peu partout de manière clairsemée puis enfin, posez délicatement la rose des vents* sur le bord du gâteau ou au centre.
  • Laissez tiédir (voire refroidir) la crème au chocolat quelques minutes si vous voulez obtenir un effet mat ou au contraire servir immédiatement si vous préférez un effet brillant devant vos convives... et un contraste de goût plus prononcé en bouche.

(*) : Pour la décoration, si vous optez pour 3 ou 4 roses des vents de plus petite taille, placez-les sur la bordure interne du gâteau comme si vous vouliez rappeler la forme d'un triangle isocèle ou d'un carré imaginaires. Dans ce cas, ne mettez pas ou alors très peu de perles de joie pour éviter de surcharger votre décoration.

 Gateau-Anniversaire-Arthur

 

Pour une occasion telle qu'un anniversaire, le moelleux des échanges authentiques est un couronnement de repas, de goûter d'enfants ou de réception amicale en après-midi. N'hésitez surtout pas à confectionner ce gâteau si particulier : vous ne le raterez pas grâce à la levure magique de Dame Pimprenelle, rappelez-vous, sauf pour la cuisson où là, vous êtes seul maître de l'opération. Un instant d'inattention, une distraction malvenue, et tout est brûlé ! Oui, offrez ce moelleux au chocolat original à vos amis, votre famille ou d'autres convives que vous connaissez moins et dégustez-le avec eux : vous vivrez alors des échanges intenses, spirituels et joyeux tous ensemble sur le moment. Mais vous pouvez aussi offrir ce gâteau à l'occasion d'un dîner en tête à tête : nul doute que son goût raffiné approfondira sur l'instant votre lien avec l'autre autour de la table.  C'est véritablement LE dessert du partage humain réussi. Je vous souhaite un bon appétit... de vie et de belles relations avec ceux qui vous entourent ! 

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans JE BLOGUE
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:58

Bonjour chers lecteurs !

 

Cet article vous est directement destiné. Je vous remercie de vos visites et du temps que vous passez à me lire. Pourquoi tout à coup ces remerciements à votre égard ? Tout simplement parce que depuis la fin octobre 2013, mon blog a vu brusquement sa côte de popularité monter en flèche et son taux de visites augmenter d'un coup. Grâce à vous tous, grâce au temps de plus en plus long que vous passez sur mon blog à lire les articles qui vous intéressent, Google référence de mieux en mieux L'observatoire du coeur : certaines de mes publications arrivent de plus en plus souvent en tête de recherche pour certains thèmes. Quel plaisir ! C'est évidemment un début mais c'est un mouvement de fond qui est en route.

sunflower-flower-9En effet, ce succès balbutiant n'a pas été le fruit d'un brusque enthousiasme : mon lectorat s'est construit très progressivement, avec le temps. Jour après jour, quelques clics ouvraient les pages de mon blog, et puis au fur et à mesure, ces visites sont devenues soit plus régulières, soit plus fréquentes, soit les deux selon les internautes concernés. Cette progression lente me convient bien : elle correspond parfaitement au rythme général de ma vie où tout ce qui est bon pour moi ne se met en place ou n'apparaît qu'au bout d'un long chemin d'efforts et souvent de doutes. C'est mieux, je trouve, car ainsi, ce qui advient est beaucoup plus solide et durable. La qualité est alors au rendez-vous. En effet, mon lectorat est principalement constitué de fidèles dont parmi eux, certains de longue date maintenant. Ce que je construis et obtiens doucement n'a pas pour résultat un feu de paille mais plutôt cette flamme vigoureuse, entretenue et protégée, dans l'âtre d'une cheminée, qui réchauffe le corps et le coeur et qui peut durer des heures voire plus.

En tout cas, ce succès encore modeste récompense déjà un travail de longue haleine. Mes lecteurs les plus assidus savent l'authenticité, l'honnêteté et la rigueur que je mets dans chaque article publié ici. L'observatoire du coeur est fondé sur une expérience puis une éthique avec laquelle je ne transige pas. Je suis un homme de convictions solides : mes valeurs sont essentiellement basées sur le vécu et non la théorie. Je connais ce qui marche ou ne marche pas dans mon existence... et souvent dans celle de la collectivité également. J'observe AVEC ACUITÉ le coeur humain comme l'exprime clairement le titre de mon blog. Du coup, je suis beaucoup moins dans l'idéologie et le dogmatisme que le concret et l'avéré à l'inverse de beaucoup. Les tenants du politiquement correct et leur horrible autant qu'horripilante pensée unique ne m'apprécient d'ailleurs pas et ils ont raison : l'étroitesse d'esprit qu'ils dissimulent (de plus en plus mal toutefois) sous couvert de multiculturalisme tous azimuts et l'égocentrisme idéologique qu'ils pratiquent sans cesse hypocritement sont tout ce que j'abhorre. Sur un plan humain, je suis leur adversaire mais sur le plan des idées, je suis leur ennemi. En tant que partisan de la liberté individuelle et d'une créativité absolue, riche et vivifiante, je ne serai jamais d'accord avec eux et les combattrai sans relâche. Leurs préjugés humanistes et droits-de-l'hommiste construisent une société où la vie perd sa valeur intrinsèque et où l'homme est relégué au rang de variable économique et instrumentalisé, objétisé, déprécié. La pensée unique fondée sur une vision du monde mêlant essentiellement sociale-démocratie et libertarisme prépare un ordre mondial universaliste, ultra-collectiviste et uniformisateur que je réprouve de toutes mes forces : une dictature socioéconomique aux mains d'un minorité riche et puissante qui aliène encore davantage la masse sous couvert d'un vernis démocratique de plus en plus fin et d'une justice sociale nivelant par le bas bien entendu. L'observatoire du coeur est un espace où j'exprime et développe des idées qui vont à contre-courant de ce mouvement idéologique artificiel et superficiel en dépit des apparences puisqu'il se fait sans et contre le peuple même si celui-ci, berné, endoctriné, formaté, participe à l'établissement de sa propre exploitation.

 

sunflower (1)A travers mon blog, je défends la vision d'un homme qui garde le contrôle de sa vie, un individu autonome fier de ses racines sans être fermé à la différence culturelle tout en n'ayant pas non plus le besoin de se fondre dans le grand melting-pot de la médiocrité rendu insidieusement obligatoire. Cet homme est aussi capable d'intégrer son imperfection intrinsèque et que la faiblesse fait partie intégrante de son être : cet homme s'accepte tel qu'il est avec ses doutes, ses reculades, ses échecs, ses erreurs autant que ses certitudes, ses avancées, ses réussites et son efficacité. Mon blog promeut l'image d'un être authentiquement humain puisque imparfait : l'homme est perçu dans son intégrité indivisible. C'est pourquoi, plusieurs de mes articles qui parlent de moi et de mes projets mettent autant en exergue mes manques et mes moments de défaite que mes atouts et les périodes où je retrouve ma force et l'optimisme. Il m'importe de rester le plus fidèle possible dans la retranscription de tout ce qui constitue notre humanité. Je refuse d'abdiquer devant la promotion d'un homme ultraperformant, à l'esprit de compétition hyper-développé et mû principalement par une énergie active, en un mot un homme dominé par l'efficience et qui ressemble plus à une machine de chair et d'os qu'à un être vraiment humain qui souvent chute avant de se relever pour repartir. En cela, je m'oppose à cette mode actuelle du coaching où notre essence humaine est "déspiritualisée" et délibérément tournée vers l'efficacité à tous crins. Je défends le droit à être soi tel que l'on est même si notre vie n'est qu'une somme de ratés à la chaîne ou presque. La valeur d'un être humain ne peut se mesurer à ce qu'il a réussi à acccomplir mais à ce qu'il a entrepris au risque d'échouer.

Et à en juger par le nombre grandissant de lecteurs de mon blog, ce choix délibéré d'une authenticité forte et assumée est le bon. Beaucoup d'entre vous sont touchés par ma sincérité et mon honnêteté : des commentaires d'article ou des messages envoyés en privé me le prouvent. Sans jouer la carte de la transparence absolue et du voyeurisme, je mêle une exposition choisie de certains aspects de ma vie avec ma pudeur naturelle. J'essaie de conserver une certaine subtilité et de ne pas choquer lorsque je parle de moi plus intimement. Cependant, une tension peut apparaître parfois avec quelqu'un, surtout lorsque je développe un point de vue philosophique plus général ou plus politique : la divergence d'opinion n'est pas toujours bien acceptée par certains. Cependant, toute la difficulté de ma démarche est essentiellement de savoir rester dans la mesure, ce qui demeure plutôt aisé pour moi qui suit plutôt d'un naturel ouvert, conciliant et diplomate, sans évacuer tout de même une certaine franchise voire fermeté à certains moments. Je déteste le consensus quand il est mou, insipide et un rien hypocrite dès qu'il mange à tous les râteliers.

 

Comme vous vous en doutez, je suis bien sûr content de voir une telle évolution de L'observatoire du coeur. Ce blog compte beaucoup pour moi. Il est, en outre, sans doute l'une de mes plus belles et solides réalisations dans ma vie actuellement. Il me permet d'exploiter au mieux deux de mes compétences naturelles : l'écriture et la créativité. Ce que je fais en plus avec grand plaisir. Je m'épanouis complètement à taper puis publier mes articles. C'est tellement en correspondance avec mon être profond que je ne suis pas du tout étonné que des gens soient attirés par mes publications : la vérité personnelle touche toujours.

field-of-poppies-hd-wallpaper- 13.5CMFace à une réalité aussi agréable qu'inattendue, l'idée a germé en moi de créer une page Twitter spécialement dévolue à la promotion de L'observatoire du coeur. Il s'agit pour moi d'avoir un nouveau canal de communication afin de toucher encore davantage de gens. En effet, même si mon audience a progressé, elle n'est en rien phénoménale : la couverture médiatique de mon blog est encore à des années lumières de celle de sites plus populaires même peu connus par les grands médias. Disons que c'est une nouvelle tendance qui se dessine depuis octobre 2013 et j'ai bien l'intention d'en profiter. A moi de faire fructifier cette première petite récolte afin qu'elle se transforme en une grosse moisson de visites valables (c'est-à-dire des visiteurs intéressés par mes articles et qui restent suffisamment de temps pour rendre mon audience crédible). Faire du chiffre n'a en soi aucun intérêt pour moi si mes idées et mes réflexions demeurent cloîtrées dans mon propre espace personnel. J'écris aussi et surtout pour ÉCHANGER et créer des liens dynamiques avec les autres.

Vous trouverez un lien vers cette page Twitter en haut de page à droite juste sous le titre du blog, mon nom et la citation d'accueil. Je vous en donne un rappel ici : 

Vous pouvez déjà cliquer dessus si vous êtes intéressé et possédez un compte Twitter... ou pensez éventuellement à en ouvrir un. Après tout, je ne reviendrai pas de sitôt sur Facebook en raison de ma décision de n'y réactiver mon compte que lorsque j'aurai triomphé dans mon projet d'expatriation en Australie. Ceci dit, je reste en lien étroit avec quelques-uns (et surtout quelques-unes) de mes contacts via ma boîte mail Yahoo principalement et le téléphone. Eh oui, le blogging m'a permis de créer et d'entretenir de très belles amitiés dont certaines sont passées du stade virtuel à celui de réel : Laure, David, Anne, Anne-Béatrice, Gérard, Eric "Yoda"... et Eric "Sophro" ou encore Brigitte, pour ne citer qu'eux, sont des gens merveilleux. Grâce à ces relations amicales, j'apprends à apprécier la vie pour ce qu'elle est d'abord : un présent à vivre, là, maintenant. Chacune d'elle me ramène à plus de simplicité et à voir mon existence avec plus de douceur et de gratitude. Tous ces gens ont un point commun remarquable : ils sont de bons amis. J'en profite d'ailleurs pour remercier celles (plus particulièrement) et ceux parmi eux qui partagent régulièrement mes articles sur leur profil Facebook ou ailleurs éventuellement : c'est un respect, une courtoisie mais surtout une reconnaissance de mon oeuvre aussi modeste soit-elle qui me va droit au coeur. Ils ont droit à toute mon estime. Sans eux, ce pic soudain de popularité ne serait jamais apparu. Gros bisous tendres à eux tous.

 

Voilà, c'est la fin de ce billet d'autopromotion, de reconnaissance et de remerciements. N'hésitez pas à me suivre sur la page Twitter du blog. Nous pourrons y communiquer autour des articles qui vous auront diversement touchés, plus ou moins plu ou déplu, mais sur d'autres thèmes et d'autres textes également. Tout est possible. Cette nouvelle page est avant tout un lieu de rencontre et de vie : une certaine spontanéité doit y prévaloir.

Je vous envoie en tout cas du fond du coeur de jolies pensées tout en couleurs à tous. Namaste ! Nam myoho rengue kyo*     ! 

 

(*) : Mantra bouddhqiue fondamental qui signifie "Je me consacre à la Grande Loi de la Vie du Sûtra du Lotus" et qui peut aussi servir de salut entre individus car la vie englobe tous les êtres vivants.

Published by ELLYPSO WARATAHS - dans JE BLOGUE
commenter cet article

L'auteur Du Blog : Ellypso Waratahs

  • ELLYPSO WARATAHS

Information légale

Le blog L'Observatoire du Coeur et son contenu

sont protégés contre la copie et le plagiat.

Si vous souhaitez utiliser tout ou partie d'un article,

merci de m'en avertir au préalable

afin que je donne ou non mon accord

selon le contexte de publication.

 

sceau blanc

© N° 00051365

Tous droits réservés - 2012 / 2013

Pour Retrouver Une Info Sur Ce Blog